JE « Observer les usages collectifs de l’info géo », Rennes les 3 et 4 novembre 2016

Appel à communication pour les Journées d’Étude

« Observer les usages collectifs de l’information géographique :
quelles approches, quelles méthodes ? »

Rennes, les 3 et 4 novembre 2016

Le contexte

Le développement croissant des technologies de l’information géographique (TIG) et de leur couplage avec les TIC conduit aujourd’hui à une diversification des usages et finalités allant bien au-delà de l’approche technicienne et experte des débuts des SIG. L’expansion des TIG, notamment sur Internet, est perceptible dans le champ de l’aménagement du territoire que ce soit au niveau des praticiens, des entreprises et du grand public (diversification des thématiques et des types de territoire et de structure), ainsi que dans le champ de l’action citoyenne et de l’organisation communautaire (diffusion de l’information voire production de données d’usage, services collectifs ou partagés…).

Cette évolution interpelle profondément le monde de la géomatique, jusqu’alors essentiellement composé de praticiens et de chercheurs travaillant soit :

  • pour les SIG, à travers la production (de modèles) de données géographiques ;
  • sur les SIG, en élaborant des méthodes d’analyse et de visualisation des données ;
  • avec les SIG, en mettant les deux précédents registres au service d’approches thématiques toujours plus spécialisées.

Si les praticiens, utilisateurs ou adeptes de la géomatique peuvent relever de disciplines ou de secteurs d’activité très variés, ils partagent cependant peu ou prou un même corpus théorique et un rapport aux données géographiques sinon identique du moins similaire en privilégiant la qualité formelle.

Or, depuis une dizaine d’années, trois grandes évolutions sont venues rebattre les cartes :

  • l’accroissement à la fois des données produites et les capacités d’accès à ces données ;
  • la popularisation voire l’instrumentalisation de la visualisation de l’information géographique à travers de multiples référentiels permettant de naviguer dans un ou plusieurs univers de données plus ou moins connectés entre eux ;
  • la mise en réseau des dispositifs, des usagers et des bases de données permettant de nouvelles interactions entre acteurs ;
  • A cela vient s’ajouter plus récemment dans le cas français, le volontarisme de l’État en matière d’ouverture des données publiques et d’incitation à leur valorisation.

Ces évolutions conjuguées ont produit et vont continuer de susciter une multiplication et une diversification d’usages et d’usagers de l’information géographique. Il semble alors nécessaire d’être attentif à l’évolution à la fois quantitative et qualitative des usages et ce dans deux perspectives complémentaires :

  • d’une part, analyser les usages de l’information géographique pour comprendre ce qu’ils nous disent de l’évolution des pratiques sociales et territoriales (et comment ils influent sur ces pratiques) et, inversement, en quoi ces mêmes usages sont susceptibles de modifier la manière dont sont pensées et considérées (leur statut et leur nature notamment).
  • d’autre part, avoir le souci de veiller au respect des principes politiques, scientifiques et éthiques susceptibles d’être affectés par l’item géographique.

En réponse à ces questionnements, on voit apparaître depuis quelques années des travaux de recherche qui place au cœur de leur problématique la question des usages[1] et de leurs impacts sur des processus sociaux, organisationnels, territoriaux. En proposant une lecture fine et nuancée de ce que les usagers font effectivement soit à partir des données géographiques et outils associés (des SIG au GéoWeb en passant par les systèmes d’information territoriaux et les observatoires), soit via les dispositifs institutionnels et réseaux géomatiques (des infrastructures de données géographiques aux communautés de pratique), ces travaux permettent de réinterroger les usages sous des angles différents mais complémentaires.

La focalisation sur les usages dits « collectifs » complexifie la donne car il est sans doute beaucoup plus délicat de déconstruire les dispositifs cartographiques actuels où s’entremêlent des sphères d’acteurs divers et où s’agrègent des technologies et des données hétérogènes… De nouvelles approches sont à imaginer : des fouilles exploratoires pour ouvrir les boites noires algorithmiques et remonter dans la généalogie des données, des observations participantes pour comprendre les dynamiques collaboratives, des enquêtes ethnographiques pour incarner les pratiques individuelles… Ainsi, si la géographie continue d’être mise à contribution dans ces analyses, elle est toujours complétée par d’autres disciplines : informatique, sciences de l’information et de la communication, ethnographie, anthropologie, sociologie, sciences cognitives, science politique…

L’appel à communication

 L’objectif de ces journées d’étude est de proposer un panorama des travaux de recherche récents qui visent à identifier et qualifier les nouveaux usages collectifs de l’information géographique en vue de confronter les différentes approches méthodologiques mobilisées au regard des contextes et perspectives de mobilisation. Identification et qualification des usages et contextes d’usage constituent donc les deux axes structurants pour lesquels les contributeurs sont invités à expliciter leurs approches méthodologiques et présenter les résultats de leurs observations :

  1. Face à la circulation accélérée des données géographiques sur le Web, à la malléabilité des données numériques qui facilite les assemblages/désassemblages et aux possibilités techniques d’hybridation de contenus issus de sources hétérogènes, comment être en capacité d’identifier les usages et d’observer qui utilise quoi et dans quel(s) objectif(s) ?
    • Des retours d’expérimentation sont ici attendues : cartographie du web, enquêtes de terrain, exploration de traces numériques, analyses comportementales sur l’utilisation d’outils, tests lors de prototypage, analyses d’archives de serveurs, etc.
  1. Face l’estompage des catégories d’acteurs, au brouillage de la distinction entre producteur et utilisateur, à la diversification des parties prenantes… comment être en mesure de qualifier les usages de l’information géographique sans perdre toute la richesse du continuum d’usages potentiels ?
    • Des retours d’expérimentation sont ici attendues : observation participante, entretien de cadrage-recadrage, alignement stratégique, déconstruction d’objet, de processus, etc.

Cette double entrée doit permettre d’aborder, à travers des terrains et méthodes variées, plusieurs questionnements transversaux :

  • Comment suivre l’évolution de ces usages ?
  • Comment repérer des signaux faibles pour identifier des opportunités d’usages ?
  • En quoi les usages influent-ils sur la demande d’usage ?
  • En quoi le contexte influe-t-il sur les usages (et inversement) autant que l’inverse ?
  • Comment prendre en considération les non-usages pour tenter de les comprendre ?
  • Etc.

Les résumés et publications post-séminaire

Pour préparer ces journées d’étude, nous vous proposons de nous envoyer un résumé d’environ 2000 mots qui présente les objets, terrains et méthodes de vos analyses des usages de l’information géographique au plus tard le 1er septembre 2016 à l’adresse suivante : Boris.mericskay@univ-rennes2.fr

Chaque intervenant retenu sera invité à venir présenter sa contribution lors de la journée d’étude début novembre puis à proposer un article long sur la base de sa présentation et des discussions associées. Cet article sera alors soumis au comité de rédaction de la Revue Internationale de Géomatique pour alimenter un numéro spécial qui paraitra en 2018.

Le calendrier

  • Lancement d’un appel à communication (journée d’étude + publication) : 1er juin 2016
  • Envoi d’un résumé long (environ 2000 mots) : 1er septembre 2016
  • Retour du comité d’organisation : 15 septembre 2016
  • Journées d’étude : 3 et 4 novembre 2016 à Rennes
  • Soumission des papiers longs pour un numéro spécial dans la Revue Internationale de Géomatique : 15 janvier 2017
  • Réponse aux auteurs : 31 mars 2017
  • Réception des articles définitifs : 30 juin 2017
  • Publication d’un numéro spécial de la Revue Internationale de Géomatique: Mars 2018

Le comité d’organisation

  • Boris Mericskay, Université Rennes 2, UMR ESO
  • Erwan Quesseveur, Université Rennes 2, UMR ESO
  • Matthieu Noucher, CNRS, UMR Passages-Bordeaux
  • Grégoire Feyt, Université de Grenoble, UMR PACTE
  • Florence Jacquinod, EIVP, UMR EVS

Consulter l’appel en PDF

Bilan de l’AP Usagis

Les 15 et 16 décembre 2015, les membres du GdR MAGIS se sont réunis à Lyon pour établir le bilan des différentes activités réalisées depuis 3 ans et pour envisager le renouvellement du GDR.

A cette occasion, un bilan de l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » a été dressé :

CGQx : appel à com.

Appel à contribution pour la revue  » Cahiers de géographie du Québec »

http://www.cgq.ulaval.ca

Prospective territoriale participative et usages de l’information géographique : de la planification à la co-construction ?

Editeurs invités

Le contexte 

La prospective est une démarche d’anticipation qui consiste à éclairer l’action publique locale présente à la lumière des futurs possibles et souhaitables (Godet, 1986). C’est aussi une façon de comprendre les changements dans la société (Heurgon, 2005). La prospective territoriale mobilise la dimension spatiale comme support de localisation et de répartition des enjeux analysés (Delamarre, 2002). Elle a pour objectif d’impulser et de structurer une dynamique de réflexion appliquée à l’avenir à moyen et long terme d’un territoire et constitue un levier dans l’élaboration collective et partagée des « projets de territoire » (Debarbieux et Lardon, 2003). En ce sens, elle tend à répondre aux injonctions multiples en provenance aussi bien des bailleurs que de la société ou des communautés scientifiques vers plus de participation et d’interdisciplinarité. Pour ce faire, la prospective territoriale repose très largement sur l’information géographique[1] (Voiron 2012 ; Houet et Gourmelon, 2014), reconnue aujourd’hui comme un pilier des politiques publiques, aux côtés des instruments réglementaires et économiques (Masser et Onsrud, 1993). Mais l’information géographique n’est pas qu’un simple matériau nécessaire à la formulation de scénarios prospectifs, c’est aussi une ressource possédant un potentiel de transformation des formes de gouvernance, qui « restructure les processus, les institutions et les pratiques » (Mol, 2009).

Dès lors, on peut s’interroger sur les conditions de mobilisation de l’information géographique dans le cadre de ces démarches participatives de prospective territoriale. Quelles sont les informations pertinentes et pour quoi ? Comment s’articulent représentations individuelles et négociations collectives ? Quelles sont les possibilités d’hybridation entre savoirs d’experts et savoirs d’acteurs ? Comment garder trace des processus de transformation ? …

La question est également d’évaluer la manière dont l’usage de l’information géographique modifie la prospective et les pratiques scientifiques qui y sont associées. Ainsi, l’« effet de précision » (Debarbieux, 2002 : 162) qui transforme les représentations cartographiques en « carte-preuve » (Retaillé, 1996 : 92) est-il compatible avec une démarche prospective qui doit laisser la place au débat et à la créativité en ouvrant le champs des possibles ?

De plus, si la pluralité des futurs appelle à la pluralité des modèles, quels usages des technologies de l’information géographique peuvent être envisagés aux différentes étapes de la démarche : sont-ils des facilitateurs du processus de négociation et/ou des outils de communication utilisés pour les phases de restitution ? L’entrée par les usages cherchera alors à prendre la mesure de la diversité des fonctions remplies par l’information géographique (expliquer, convaincre, discuter, contre-argumenter, mettre en visibilité/invisibilité, etc.) pour ne pas la limiter à sa seule fonction représentationnelle dont il suffit d’étudier en amont l’encodage et en aval le décodage (Jacquinod, 2014).

Plus généralement, l’information géographique mobilisée au sein des démarches participatives de prospective territoriale agit-elle comme un objet-frontière (Star et Griesemer, 1989) qui permet à des mondes hétérogènes de se coordonner ? Comment s’opère alors la fabrique de ces phases de « cristallisation » dès lors que le processus de médiation met en lumière les contradictions des parties prenantes ?

Finalement, l’intégration d’une dimension critique de l’information géographique utilisée ou produite dans ces démarches apparaît comme essentielle pour rejeter tout effet « boite noire » (Amelot, 2013). Elle permet de sortir du « mythe épistémologique » d’un progrès cumulatif et d’une cartographie objective produisant des délimitations toujours plus proches de la réalité (Harley, 1995). Au contraire, des formes d’abstraction et une prise en compte des perceptions des acteurs n’enrichissent-elles pas la communication ? Comment ancrer alors ces dynamiques dans une réflexion critique sur les outils dès l’amont des projets depuis la phase de conception et de production des données jusqu’à leur utilisation et leur diffusion ? Quel sens donner aux données dans le cadre d’un projet territorial (Maurel, 2012) ?

Bibliographie

Amelot X. (2013), Cartographie participative pour le développement local et la gestion de l’environnement à Madagascar: Empowerment, impérialisme numérique ou illusion participative ?, L’Information Géographique, »cartographies participatives », 77/4, pp. 47-67.

Debarbieux B. (2002), « Figures (géo)graphiques et prospective. Les cartes, schémas et modèles au service du projet et de la prospective territoriale », in Debarbieux B, Vanier M. (dir.), Ces territorialités qui se dessinent, Paris, Éditions de l’Aube/Datar, pp. 161-190.

Debarbieux B., Lardon S. (2003), Les figures du projet territorial, Editions de l’Aube, Datar, 270p.

Delamarre A. (2002), La prospective territoriale, Paris, La Documentation française, collection Territoire en Mouvement.

Godet M. (1986), « Introduction to la prospective: seven key ideas and one scenario method », Futures, vol. 18, 134-157.

Harley B., 1995, Cartes, Savoir et pouvoir, in Gould P. et Bailly A., Le pouvoir des cartes, Brian Harley et la cartographie, Paris, Anthropos, p. 19-51.

Heurgon E. (2005), La prospective du présent pour comprendre le mouvement de la société. 11ème Université d’Eté de l’Innovation Rurale, Marciac. Conférence. Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

(http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=1469).

Houet T. et Gourmelon F. (2014), « La géoprospective – Apport de la dimension spatiale aux démarches prospectives », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 667, mis en ligne le 08 février 2014, consulté le 08 septembre 2015. URL : http://cybergeo.revues.org/26194

Jacquinod F. (2014), Production, pratique et usages des géovisualisations 3D dans l’aménagement du territoire, Thèse de doctorat de géographie, Université de St Etienne, 604p.

Longley PA, Goodchild M., Maguire D., Rhind D.W. (2005), Geographic Information Systems and Science, Wiley, 560p.

Masser I. et Onsrud HJ (1993), Diffusion and use of geographic information technologies, Kluwer Academic Publishers, 349 p.

Maurel P. (2012), Signes, Données et Représentations Spatiales : Des éléments de sens dans l’élaboration d’un projet de territoire intercommunal. Application au territoire de Thau. Sociology. Université de Toulon et du Var, 2012.

Mol A. (2009), Environmental governance through information: China and Vietnam, Singapore Journal of Tropical Geography, 114129.

Retaillé D. (1996), « La vérité des cartes », Le Débat, 5/92, p. 87-98.

Star S.L., Griesemer J. (1989), “Institutionnal ecology, ‘Translations’, and Boundary objects: amateurs and professionals on Berkeley’s museum of vertrebate zoologie”, Social Studies of Science

Voiron C. (2012), « L’anticipation du changement en prospective et des changements spatiaux en géoprospective », L’Espace Géographique, vol. 41, n° 2, 99-110.

L’appel à communication

Cet appel à publication porte sur les enjeux de la prospective territoriale, en prenant en compte plus spécifiquement l’usage de l’information géographique par les acteurs et chercheurs pour l’invention de nouveaux modèles de développement des territoires. Organisé en prolongement de la session « Prospective participative et développement territorial : vers une approche comparative » du 52ème congrès de l’ASRDLF (Montpellier, France, 7-9 juillet 2015) (http://asrdlf2015.fr/), il invite à réfléchir à la façon dont ces enjeux se déclinent différemment selon les régions du monde.

Les propositions attendues peuvent concerner différents types de prospective territoriale :

  • Prospective-expertise : Elle vise à produire un ensemble de scénarios réalistes, à partir de l’identification des variables qui commandent des évolutions possibles. Elle s’appuie sur des connaissances expertes.
  • Prospective-débat : Elle vise à construire, avec les acteurs, une problématique à plusieurs voix à partir d’une analyse des situations, puis à élaborer ensuite des scénarios, des pistes d’action, et à identifier les moyens associés et les marges de manœuvre. Elle combine apports d’experts et visions d’acteurs.
  • Prospective-action : Elle s’appuie sur les connaissances des chercheurs et des acteurs, médiatisées par un dispositif participatif à base de représentations spatiales. Elle vise à produire des connaissances pour l’action.

Les contributions seront mises en perspective selon trois dimensions privilégiées :

  • Usage des modèles spatiaux pour la prospective
  • Elaboration d’outils de simulation spatiale (géo-prospective)
  • Usage de l’information géographique dans des démarches collaboratives.

Elles seront discutées selon trois axes de questionnement :

  • Savoirs experts versus savoirs d’acteurs : Le partage des savoirs permet de mobiliser les acteurs, mais quelles sont les capacités d’hybridation ? L’enjeu est de faciliter l’expression des connaissances et de reconnaitre la diversité des connaissances des acteurs.
  • Modèles, outils, objets intermédiaires : Les modèles permettent d’avoir des données précises, une co-construction demande des données plus transversales. Les outils sont-ils des facilitateurs ou des modalités de communication ? Les objets spatiaux font sens pour les acteurs, ils se transforment et sont des objets d’aménagement. Mais comment les intégrer dans un raisonnement ?
  • Place des chercheurs dans les démarches : La posture de prospective demande de dépasser les rapports institutionnels. Quels peuvent être les engagements réciproques des chercheurs et des acteurs ? Quels retours réflexifs sur les dispositifs de partenariat ?

Elles constitueront un dossier spécial de la revue Cahiers de Géographie du Québec et accueilleront des approches comparatives.

Le calendrier

  • 15 octobre 2015 : appel à contribution.
  • 31 janvier 2016 : retour des éditeurs et invitation à soumettre à la revue
  • Printemps 2016 : évaluation par la revue (selon processus habituel)
  • Fin 2016 : publication du numéro.

Les instructions aux auteurs

 

Téléchargement de l’appel à communication (PDF) : CGQc_Appel_15_10_2015

 

 

[1] L’information géographique peut être définie comme un ensemble reliant une information relative à un objet ou à un phénomène (attribut) et la localisation de cette information sur la terre (Longley et al., 2005).

Programme Atelier ASRDLF 2015

Séquence 1 : Des modèles et des usages
Président de séance : Guy Chiasson, UQO, Québec

Jeudi 9 Juillet, 8h-10h
Introduction 15 mns Sylvie Lardon et Matthieu Noucher
3 présentations 20 mns + 5 mns de questions
Discussion transversale 30 mns 

Usages des modèles spatiaux en prospective : avantages et limites dans une démarche d’aide à la décision.

  1. Houet, CNRS, UMR Géode – Toulouse
  2. Vacquie, CNRS, UMR Géode – Toulouse

Cumulatifs, modélisés, spatialisés? Un usage des outils prospectifs sur deux objets géographiques contrastés : le massif des Landes de Gascogne et l’environnement fluvio-estuarien Garonne-Gironde.

  1. Hautdidier, Irstea, UR ETBX
  2. Banos, Irstea, UR ETBX
  3. Labbouz, Irstea, UR ETBX

Des modèles et simulations spatio-temporelles comme « objets intermédiaires » pour mettre en débat l’étalement urbain à La Réunion

  1. Augusseau, Cirad
  2. Lestrelin, Consultant
  3. David, U. de la Réunion
  4. Lo Seen, Cirad
  5. Degenne, Cirad

Séquence 2 : De la planification à la co-construction
Président de séance : Thomas Houet

Jeudi 9 juillet, 10h30 – 12h30
Reprise de session 5 mns Sylvie Lardon et Matthieu Noucher
3 présentations 20 mns + 5 mns de questions
Discussion transversale 40 mns 

De la planification stratégique à la prospective territoriale : l’expérience québécoise et le cas de la région de l’Outaouais

  1. Robitaille, Université du Québec en Outaouais
  2. Chiasson, Université du Québec en Outaouais
  3. Gauthier, Université du Québec en Outaouais

L’agriculture urbaine et périurbaine à Meknès : enseignements d’un exercice de prospective territoriale.

  1. Jean-Pierre Chery, AgroParisTech, UMR Tétis
  2. Elodie Valette, Cirad, UMR Tétis

Prospective participative pour la zone urbaine de Pise (Italie) : l’eau et l’alimentation comme enjeux de développement territorial.

  1. Sylvie Lardon, INRA & AgroParisTech, UMR Métafort
  2. Elisa Marraccini, UP PICAR-T, Institut Polytechnique LaSalle Beauvais, France & Institute of Life Sciences, Scuola Superiore Sant’Ann, Pise, Italie
  3. Rosalia Filippini, Institute of Life Sciences, Scuola Superiore Sant’Ann, Pise, Italie & AgroParis, UMR Métafort
  4. Sabine Gennai Schott, Institute of Life Sciences, Scuola Superiore Sant’Ann, Pise, Italie
  5. Davide Rizzo, INRA, UMR Agir

Séminaire AFIGEO

Le jeudi 26 mars (14 h – 16 h 30), l’AFIGEO organise, à Saint-Mandé, un Séminaire sur les travaux de recherche en lien avec les usages de l’information géographique. Au programme de cet après-midi de présentation et d’échange :

  • Introduction et animation
    Christine ARCHIAS – Vice-présidente de l’AFIGEO en charge du Pôle Usages-Utilisateurs ; directrice du CRIGE PACA
  • Présentation de la thèse sur « Les usages IDG : le cas des acteurs côtiers et de la gestion intégrée des zones côtières »
    Jade GEORIS-CREUSEVEAU – Laboratoire LETG de l’université de Brest – Géomer
    En savoir plus…
  • Présentation du projet de recherche GEOBS (2015-2018) : « Les IDG dans la gouvernance informationnelle de l’environnement »
    Matthieu NOUCHER – CNRS-UMR ADESS
    En savoir plus…

Compte-tenu du nombre de place limité, la priorité pour s’inscrire (par email adressé à afigeo@afigeo.asso.fr) est donnée aux membres du Réseau des CRIGEs.

Supports de l’atelier SAGEO 2014

Le 24 novembre 201′, les Actions Prospectives « 3D » et « Géomatique et Usage » organisaient un atelier conjoint lors de la conférence SAGEO’14 à Grenoble, intitulé : « Les technologies 3D à l’épreuve de l’usage ? Explorer les multiples contributions des modélisations 3D géoréférencées à la gestion territoriale« .
Le programme et l’argumentaire sont disponibles sur ce carnet de recherche. 35 personnes étaient présentes. Les supports projetés par les participants sont diffusés ci-dessous.

Introduction : présentation des Actions Prospectives « 3D » et « Usages » – présentation des objectifs de l’atelier
Myriam Servières, Gilles Gesquière, Grégoire Feyt, Matthieu Noucher

Modélisations géoréférencées 3D et usages : définition et enjeux de recherche
Florence Jacquinod

support en ligne prochainement

Session 1 : L’exploitation et la visualisation des données numériques 3D géoréférencées pour de nouvelles connaissances et ingénieries urbaines et environnementales : domaines et enjeux, verrous et perspectives.

Bernard Miège, CEREMA

Manuel Plane, Grand Lyon

Mickaël Brasebin, COGIT

Cécile Haëck, IGN Conseil

support en ligne prochainement

David Jonglez, ESRI France

support en ligne prochainement

Session 2 : La représentation des données numériques 3D géoréférencées pour (faire) comprendre et décider ensemble : contextes et pratiques de mise en œuvre, verrous et perspectives.

Geoffrey Cornette, Ville de Genève

support en ligne prochainement

Pascal Billy, Plan Rhône

support en ligne prochainement

Florence Jacquinod, EVS-ISTHME

Hélène Bailleul, Université Rennes 2 – ESO

texte en ligne prochainement

Conclusion : regards croisés et décalés sur la journée

Thierry Menissier, philosophe, Université Grenoble Alpes

texte en ligne prochainement

Arthur Novat, Atelier Pierre Novat

texte en ligne prochainement

 

Programme de l’atelier SAGEO 2014

Les technologies 3D à l’épreuve de l’usage ?
Explorer les multiples contributions des modélisations 3D
géoréférencées à la gestion territoriale

——

Atelier chercheurs-praticiens organisé dans le cadre de la conférence SAGEO 2014
par les actions prospectives « 3D » et « Usages de l’information géographique »
du GdR MAGIS

Grenoble, lundi 24 novembre 2014
Bâtiment Les Alpilles, UPMF, rue des Universités, Saint-Martin-d’Hères

Argumentaire

Programme

Accueil des participants : à partir de 9h

Introduction : 9h30 – 10h

Présentation des Actions Prospectives « 3D » et « Usages » et objectifs de la journée

  • Myriam Servières, Gilles Gesquière, Grégoire Feyt, Matthieu Noucher

Modélisations géoréférencées 3D et usages : définition et enjeux de recherche

  • Florence Jacquinod

Session 1 (10h – 12h30) : L’exploitation et la visualisation des données numériques 3D géoréférencées pour de nouvelles connaissances et ingénieries urbaines et environnementales : domaines et enjeux, verrous et perspectives.

Table ronde animée par Myriam Servières et Gilles Gesquière, avec :

  • Bernard Miège, CEREMA
  • Manuel Plane, Grand Lyon
  • Mickaël Brasebin, COGIT
  • Cécile Haëck, IGN Conseil
  • David Jonglez, ESRI France

Session 2 (14h15 – 16h15) : La représentation des données numériques 3D géoréférencées pour (faire) comprendre et décider ensemble : contextes et pratiques de mise en œuvre, verrous et perspectives.

Table ronde animée par Grégoire Feyt et Matthieu Noucher, avec :

  • Hélène Bailleul, Université Rennes 2 – ESO
  • Hugues Aubin, Ville de Rennes
  • Pascal Billy, Plan Rhône
  • Florence Jacquinod, EVS-ISTHME
  • Geoffrey Cornette, Ville de Genève

Conclusion (16h15 – 17h) : regards croisés et décalés sur la journée

  • Thierry Menissier, philosophe, Université Grenoble Alpes
  • Arthur Novat, Atelier Pierre Novat

Inscription

http://sageo2014.sciencesconf.org/resource/page/id/15

Pièce-jointe

Description complète (PDF) : SAGEO_Atelier_Usages3D_v4

 

 

 

SAGEO’14 : Atelier 3D et Usages

Atelier SAGEO’14
Grenoble, le 24 novembre 2014

Les technologies 3D à l’épreuve de l’usage ?
Explorer les multiples contributions des modélisations 3D géoréférencées à la gestion territoriale.

Les Actions Prospectives « 3D » et « Géomatique et Usages » du GdR MAGIS s’associent pour organiser un atelier commun lors de la prochaine édition de la conférence SAGEO (Grenoble, 24 novembre 2014).

Résumé 

Avec le développement de la production de données 3D géoréférencées, les utilisations de modélisations 3D de territoire augmentent de manière significative et se diversifient. Dans le champ de l’aménagement et de l’urbanisme, le recours à ces technologies amène à s’interroger sur leur influence sur les pratiques des acteurs qui les manipulent, et, plus largement, sur leur(s) rôle(s) dans la fabrique et la gestion de la ville. Ces questionnements sont renforcés par la multiplication des contextes d’utilisation (au sein des organismes d’aménagement mais également lors de réunions de concertation, de visites de terrain ou encore sur le web). A l’heure où les modèles 3D sont de plus en plus utilisés dans des situations collaboratives et dans les échanges entre praticiens et citoyens, mais également au cœur de systèmes complexes d’analyse, de gestion ou d’aide à la décision, il est plus que jamais nécessaire d’analyser leurs apports selon leurs contextes d’utilisation et les objectifs qui leur sont assignés. Aussi, l’objectif de cet atelier est-il d’analyser l’efficacité des données et modèles 3D géoréférencés à travers l’étude de leur mise en œuvre. Les échanges entre praticiens et chercheurs doivent alors permettre de déterminer les différents apports des technologies 3D ainsi que d’identifier les facteurs techniques et méthodologiques qui les caractérisent, en s’appuyant tant sur les études scientifiques que sur les retours d’expérience des différents participants. Il s’agit, au final, d’arriver à une meilleure compréhension des rôles des données et modèles 3D géoréférencés pour la gestion territoriale.

Cadrage et déroulement

Au cours des 10 dernières années, la diffusion de nouvelles méthodes d’acquisition en 3D (scanner 3D, lever dynamique terrestre, drones, etc.) a permis de démultiplier les patrimoines de données géographiques incluant une troisième dimension. Cette troisième dimension fait aujourd’hui référence à des modélisations variées permettant de se situer à l’échelle d’un bâtiment, d’un quartier ou d’une ville, voire de travailler à l’échelle d’une grotte préhistorique, mais aussi à l’échelle de l’ensemble d’une agglomération. Au-delà de l’acquisition, on observe une expansion de la diffusion des données 3D à l’image des portails open data des collectivités territoriales qui diffusent leurs premières dalles en format CityGML. Ainsi, le Grand Lyon diffuse, depuis février, un modèle numérique de terrain et la géométrie des bâtiments 3D texturés par une orthophotographie et des photographies au sol (pour les bâtiments remarquables) au format CityGML et la Communauté Urbaine de Bordeaux a mis en ligne en juin, la maquette texturée et la maquette blanche (plus légère mais sans texture) de l’agglomération au format 3DS.

Cet afflux de données et la polysémie qui se cache derrière l’expression « données 3D » posent de nouveaux challenges au niveau de la recherche qui amènent à ajouter une nouvelle dimension aux Systèmes d’Informations actuels et à inventer de nouveaux algorithmes, que ce soit par exemple pour la saisie, le stockage, la généralisation, la sémantisation, l’utilisation ou même la visualisation des différentes formes de données 3D.

Dans le champ de l’urbanisme et de l’aménagement, des technologies nombreuses sont aujourd’hui mobilisées pour exploiter cette troisième dimension, de différentes manières et dans des contextes multiples, faisant évoluer de manière parfois significative les pratiques des différents acteurs impliqués.  Le recours à des technologies géonumériques 3D par les urbanistes, les aménageurs ou encore les chercheurs, influe sur les modes de production et d’exploitation des données et, plus largement, les modes de penser et de faire la ville. Le développement important de ces applications n’a pourtant pas encore fait l’objet d’une étude systématique et de nombreux usages restent à décrire, afin d’en comprendre l’efficacité et les enjeux. Les questionnements posés par les usages de plus en plus nombreux des technologies numériques 3D géoréférencées ne semblent pas trouver de réponse satisfaisante : les études scientifiques produisent souvent des résultats contradictoires à propos des effets des technologies 3D et nombre de praticiens continuent de s’interroger sur leurs apports aux tâches qui leur incombent ainsi que sur l’opportunité ou sur la manière de les utiliser.

La diversification des situations d’usage de ces technologies vient accroître ces questionnements. En effet, ces technologies sont de plus en plus souvent mobilisées dans des contextes d’échanges avec les citoyens (réunions, visites de terrain ou encore via le web). La Ville de Rennes a, par exemple, proposé aux citoyens une maquette accessible par internet permettant de se promener de manière « immersive » dans un projet de ZAC modélisé en trois dimensions, de consulter des informations relatives au projet et d’échanger interactivement (par un système de chat) avec un médiateur et/ou d’autres « visiteurs » connectés au même moment. La Ville de Montpellier a utilisé une application sur tablette pour proposer à des habitants différentes variantes d’aménagement pour leur quartier, leur permettant de les visualiser in situ (lors de visites de terrain), de donner leurs avis sur ces différentes propositions, voire de proposer des combinaisons alternatives. Ainsi, au-delà de l’exploitation de maquettes numériques 3D dans les lieux traditionnels de production de l’urbanisme, les technologies numériques 3D géoréférencées sont utilisées dans des configurations, des lieux et des circonstances de plus en plus variées, avec des effets qui restent à analyser. A l’heure actuelle, il est difficile d’affirmer ou d’infirmer le potentiel « participatif » de ces dispositifs ou encore leur efficacité cognitive en matière de transmission de connaissances ou de travail collaboratif. L’introduction de ces médias et des modèles, données et images qu’ils diffusent, de même que les comptes-rendus contrastés qui sont faits de leurs utilisations viennent réinterroger avec force les effets prêtés a priori à ces technologies et conduisent à ajouter une dimension quasi « ethnographique »  à l’étude des modélisations et représentations en trois dimensions.

L’entrée par les usages propose d’analyser la diversité des fonctions remplies par la 3D. Florence Jacquinod (Production, pratique et usages des géovisualisations 3d dans l’aménagement du territoire, Thèse de doctorat de l’Université Jean Monnet, St Etienne, 2014) souligne ainsi l’importance d’examiner la variété des fonctions des données géographiques en 3D et de leurs représentations. Ces dernières peuvent potentiellement être utilisées dans les démarches participatives pour convaincre (concertation autour de projet urbain), dans la gestion de crise pour anticiper (simulation d’inondations, propagation de feu, …), dans des jeux vidéo pour naviguer (mises en scène de plateaux de jeux), dans des projets historiques pour reconstituer (restitution de paysages anciens), dans des projets d’aménagement pour évaluer (calcul des surfaces de toits exploitables pour l’implantation de panneaux solaire), etc.  

En établissant un espace de dialogue entre praticiens et chercheurs, l’objectif de l’atelier est d’aller au-delà d’un simple catalogue de retours d’expériences et d’approfondir la réflexion en examinant ce que change, dans l’action, le recours aux technologies numériques 3D géoréférencées, notamment par rapport aux pratiques antérieures et en s’attachant à évaluer ce que ces technologies permettent de faire (ou de ne pas faire) aujourd’hui. Les échanges devront permettre de produire des éléments de connaissance sur leurs apports et limites, et de déterminer des angles d’étude originaux et pertinents pour évaluer leur(s) efficacité(s).

Cette journée permettra de mener une réflexion commune sur les usages des données 3D et s’articulera autour de deux aires de questionnements :

  • Session 1 : L’exploitation et la visualisation des données numériques 3D géoréférencées pour de nouvelles connaissances et ingénieries urbaines et environnementales : domaines et enjeux, verrous et perspectives.
    • Quelle est l’influence des outils 3D qui permettent l’exploitation et la visualisation de données 3D géoréférencées sur la production de connaissance et sur les pratiques dans le champ de l’ingénierie urbaine et environnementale ? Comment les différents dispositifs techniques produits à l’heure actuelle répondent-ils aux besoins des différents acteurs ? Par quels mécanismes ? Quels sont les verrous et perspectives de développement dans ce domaine ?
  • Session 2 : La représentation des données numériques 3D géoréférencées pour (faire) comprendre et décider ensemble : contextes et pratiques de mise en œuvre, verrous et perspectives.
    • Quels sont les apports de la 3D dans l’action et, plus particulièrement dans des contextes collectifs et collaboratifs ? Que permettent-elles aux acteurs de faire ? Comment réagissent les personnes auxquelles elles sont présentées ? Quels sont leurs rôles dans les interactions entre acteurs en situation de réflexion et/ou de prise de décision ?

Elle se terminera par une table ronde permettant de synthétiser et d’approfondir les échanges ayant eu lieu durant les sessions.

Comité d’organisation

  • Florence Jacquinod, Université de Saint-Etienne, EVS-ISTHME UMR CNRS 5600
  • Myriam Servières, Ecole Centrale de Nantes, AP « 3D »
  • Gilles Gesquière, Université Lyon 2, LIRIS UMR CNRS 5205, AP « 3D »
  • Grégoire Feyt, Université de Grenoble, UMR PACTE, AP « Usages de l’information géographique »
  • Matthieu Noucher, CNRS, UMR ADESS, AP « Usages de l’information géographique »

Vous retrouverez prochainement sur ce site la programmation de l’atelier.

Actes du colloque du CIST

Les actes du 2ème colloque du GIS CIST « Fronts et frontières des sciences du territoire » sont en ligne : http://www.gis-cist.fr/les-resumes-des-communications-au-colloque-cist2014-sont-en-ligne/

La contribution proposée par Grégoire Feyt et Matthieu Noucher suite à l’atelier sur les référentiels géographiques, organisé à Brest en septembre 2013, est disponible à l’adresse suivante : http://www.gis-cist.fr/wp-content/uploads/2014/02/feyt-noucher.pdf