Séminaire AFIGEO

Le jeudi 26 mars (14 h – 16 h 30), l’AFIGEO organise, à Saint-Mandé, un Séminaire sur les travaux de recherche en lien avec les usages de l’information géographique. Au programme de cet après-midi de présentation et d’échange :

  • Introduction et animation
    Christine ARCHIAS – Vice-présidente de l’AFIGEO en charge du Pôle Usages-Utilisateurs ; directrice du CRIGE PACA
  • Présentation de la thèse sur « Les usages IDG : le cas des acteurs côtiers et de la gestion intégrée des zones côtières »
    Jade GEORIS-CREUSEVEAU – Laboratoire LETG de l’université de Brest – Géomer
    En savoir plus…
  • Présentation du projet de recherche GEOBS (2015-2018) : « Les IDG dans la gouvernance informationnelle de l’environnement »
    Matthieu NOUCHER – CNRS-UMR ADESS
    En savoir plus…

Compte-tenu du nombre de place limité, la priorité pour s’inscrire (par email adressé à afigeo@afigeo.asso.fr) est donnée aux membres du Réseau des CRIGEs.

L’Action Prospective « Géomatique et Usages »

POSITIONNEMENT SCIENTIFIQUE

Contexte :

Le développement croissant des technologies de l’information géographique (TIG) et de leur couplage avec les TIC conduit aujourd’hui à une expansion des usages allant au-delà de l’approche technicienne du début des SIG. L’expansion des TIG est perceptible dans la sphère des praticiens du territoire (diversification des usages techniques des structures institutionnelles), dans celle des entreprises et du grand public (services publics ou commerciaux) ainsi bien que dans celle de l’action citoyenne et de l’organisation communautaire (diffusion de l’information voire production de données d’usage).

Cette évolution interpelle profondément le monde de la géomatique. De fait celui-ci a jusqu’alors presque exclusivement été composé de praticiens et de chercheurs travaillant soit :

  • pour les SIG, à travers la production (de modèle) de données géographiques ;
  • sur les SIG, en élaborant des méthodes d’analyse et de visualisation de ces données ;
  • avec les SIG, en mettant les deux précédents registres au service d’approches thématiques au fil des ans de plus en plus diversifiées mais aussi de plus en plus spécialisées.

Si ces praticiens, utilisateurs ou adeptes de la géomatique peuvent relever de disciplines ou de secteurs d’activité très variés, ils partagent cependant peu ou prou un même corpus théorique et un rapport aux données géographiques sinon identique du moins similaire privilégiant la qualité formelle. Or, depuis une dizaine d’années, trois évolutions sont venues rebattre les cartes :

  • l’intégration de la géolocalisation dans un nombre sans cesse croissant d’objets du quotidien ;
  • la popularisation voire l’instrumentalisation de la figuration et du référencement cartographiques et ce faisant la multiplication de référentiels géographiques relevant de logiques différentes ;
  • l’accroissement à la fois des données produites et des capacités d’accès effectif aux données, aussi bien s’agissant des données « classiques » c’est-à-dire dotées d’une valeur/validité scientifique, institutionnelle ou conventionnelle, que des données « libres », c’est-à-dire soit « libérées » (désormais accessibles) soit produites indépendamment des cadres de validité usuels.

Ces évolutions conjuguées ont produit et vont continuer de susciter une multiplication et une diversification d’usages et d’usagers de l’information géographique. Si la science géomatique continuera d’être mise à contribution, il est d’ores et déjà patent que, dans nombre de domaines et d’applications, la maîtrise d’œuvre relève clairement d’autres disciplines : TIC, sciences cognitives, communication… et demain, physiologie, ingénierie des organisations, logistique…

Verrous scientifiques et technologiques :

S’agissant de la place et de l’usage effectif ou potentiel de l’information géographique, cette évolution impose de considérer deux enjeux voire défis aussi bien sociaux que scientifiques, et valables tant à l’échelle individuelle que collective :

  • faire en sorte que les capacités actuelles et futures de la géomatique puissent contribuer à une meilleure performance, qualité et cohérence des services intégrant la dimension géographique ;
  • être attentif à l’évolution des usages et ce dans deux perspectives complémentaires :
    • d’une part, avoir le souci de veiller au respect des principes politiques, scientifiques et éthiques susceptibles d’être affectés par l’item géographique;
    • d’autre part, analyser ce que les usages de l’information géographique nous disent de l’évolution des pratiques sociales et territoriales et inversement en quoi ces mêmes usages sont susceptibles de modifier le statut voire la nature des informations géographiques.

En proposant une lecture fine et nuancée de ce que les usagers font effectivement avec soit les données géographiques et outils associés (des SIG au GéoWeb en passant par les systèmes d’information territoriaux et les observatoires), soit les dispositifs institutionnels et réseaux géomatiques (des infrastructures de données géographiques aux communautés de pratique), ce groupe projet envisage de réinterroger les usages comme des expériences individuelles et collectives dans lesquelles les utilisateurs sont engagés à titre d’acteurs.

Axes de recherche.

Afin d’appréhender cette problématique dans ses différents registres (techniques, cognitifs, organisationnels, culturels…), plusieurs approches pourront être mises en œuvre et dans la mesure du possible articulées entre elles.

L’approche par la donnée géographique. Cette approche constitue l’entrée privilégiée. Elle permettrait de questionner les usages à partir de l’observation de la circulation et des flux de données géographiques dans une perspective d’analyse longitudinale des usages : conception et utilisation, diffusion et adoption, usage et appropriation.

L’approche par la représentation de l’information géographique constitue une manière complémentaire d’appréhender l’évolution des usages. De fait, même si elle peut reposer sur des modèles conceptuels très élaborés, la donnée géographique a ceci de particulier qu’elle échappe rarement au fait d’être visualisée et visualisable. Ce faisant elle passe du statut de donnée, avec toutes les contraintes et propriétés techniques associées, à celle d’image, avec tout ce que cela implique en termes de représentation, le terme devant alors être concomitamment entendu dans ses différentes acceptions c’est-à-dire celles renvoyant : à la figuration proprement dite (fond, forme, support), à la représentation mentale de l’espace et du sujet figuré propre à chacun des destinataires, à ce ou ceux que ces destinataires sont sensés représenter. Ce dernier aspect donne clairement et volontairement une importance particulière aux enjeux de décision et d’action collectives de quelques niveaux et formes que ce soit. Ainsi, les enjeux liés au développement durable et à l’approche globale et articulée des problèmes sociaux, spatiaux et environnementaux, posent plus que jamais la question de la connaissance territoriale et, partant, des informations permettant de la produire et de la partager.

Approche par les effets induits de la diffusion des outils et de leur usage. Il n’y a pas seulement une multiplicité de producteurs et d’usagers des outils, mais aussi une diversité des traitements et usages de ces outils, selon les acteurs concernés. L’appropriation des outils, l’auto-évaluation de leur usage (avec les détournements ou dérives possibles), et la formalisation des méthodologies « spontanées » générées par les acteurs  sont des questions à approfondir. Nous avons besoin de nouveaux indicateurs et modes de gouvernance (par exemple pour évaluer les profils environnementaux des régions ou mesurer les effets des trames vertes et bleues dans les agglomérations) et de mettre en place des formations-actions directement avec les partenaires acteurs (par exemple pour une auto-évaluation de l’usage des modèles spatiaux dans les problématiques d’aménagement du territoire). Cela renouvelle la question de l’accompagnement des acteurs, dans des dispositifs d’ingénierie territoriale. Ce sont de nouvelles connaissances pour l’action qui sont à élaborer.

Enfin, ces approches pourraient être complétées par la prise en compte des différents contextes sociétaux des usages (professionnels ou non). Selon les degrés de formation de la population, de la pénétration des techniques web et géomatiques, des niveaux de conflictualités et des pratiques de décision autour des données spatiales, pour une même donnée et une même infrastructure de données, les usages peuvent radicalement différer. L’étude des contextes sociétaux permettrait d’ouvrir une perspective comparative à cet axe, en identifiant comment des formes d’usage se répandent ou non au-delà des différences de contextes sociétaux, et comment les différences de contexte suscitent des modes d’usages différents. Dans des domaines particuliers, il serait intéressant d’étudier la capacité de l’IG à fournir une plus-value en termes d’intégration, de décision, de participation et à faire émerger des problématiques inédites et de nouveaux réseaux socio-techniques.

PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT

Fonctionnement sur 4 ans autour des actions suivantes :

1) Des réunions de travail des membres du groupe projet du GDR MAGIS pour définir collégialement des thématiques de séminaires.

2) L’élaboration d’une base de données bibliographiques référençant les publications sur le sujet et la diffusion d’informations évènementielles (colloques…).

3) Veille et capitalisation sur les pratiques significatives en matière d’innovation et d’analyse des usages au niveau national ou international

4) Des séminaires de travail avec deux types d’intervention :

  • Des présentations de recherches sur l’usage de l’information géographique.
  • Des présentations « extérieures » à la communauté géomatique mais travaillant sur les usages.

5) La participation aux Assises du GDR MAGIS pour, à la suite des séminaires (action 4), présenter les enjeux et besoins identifiés et les croiser avec les travaux des actions prospectives.

6) Une publication sur un sujet peu traité dans les revues francophones de géomatique.

7) Un partenariat avec des institutionnels intéressés par le sujet (qui rejoint la problématique de l’évaluation des SIG) et qui peuvent constituer des cas d’étude potentiellement intéressants (par exemple, le réseau des CRIGEs de l’AFIGéO qui fédère les IDS régionales).

8) Organisation de rencontres avec des acteurs territoriaux ou socio-économiques afin d’échanger à la fois sur les ressources scientifiques et techniques disponibles et les besoins effectifs ou latents susceptibles de donner lieu à des projets de recherche ou d’expérimentation partagés (réponse à des appels d’offres régionaux, nationaux ou européens).

PORTEURS

  • Grégoire Feyt, Université Joseph Fournier, UMR PACTE (Grenoble)
  • Matthieu Noucher, CNRS, UMR ADES (Bordeaux)