Supports de l’atelier SAGEO 2014

Le 24 novembre 201′, les Actions Prospectives « 3D » et « Géomatique et Usage » organisaient un atelier conjoint lors de la conférence SAGEO’14 à Grenoble, intitulé : « Les technologies 3D à l’épreuve de l’usage ? Explorer les multiples contributions des modélisations 3D géoréférencées à la gestion territoriale« .
Le programme et l’argumentaire sont disponibles sur ce carnet de recherche. 35 personnes étaient présentes. Les supports projetés par les participants sont diffusés ci-dessous.

Introduction : présentation des Actions Prospectives « 3D » et « Usages » – présentation des objectifs de l’atelier
Myriam Servières, Gilles Gesquière, Grégoire Feyt, Matthieu Noucher

Modélisations géoréférencées 3D et usages : définition et enjeux de recherche
Florence Jacquinod

support en ligne prochainement

Session 1 : L’exploitation et la visualisation des données numériques 3D géoréférencées pour de nouvelles connaissances et ingénieries urbaines et environnementales : domaines et enjeux, verrous et perspectives.

Bernard Miège, CEREMA

Manuel Plane, Grand Lyon

Mickaël Brasebin, COGIT

Cécile Haëck, IGN Conseil

support en ligne prochainement

David Jonglez, ESRI France

support en ligne prochainement

Session 2 : La représentation des données numériques 3D géoréférencées pour (faire) comprendre et décider ensemble : contextes et pratiques de mise en œuvre, verrous et perspectives.

Geoffrey Cornette, Ville de Genève

support en ligne prochainement

Pascal Billy, Plan Rhône

support en ligne prochainement

Florence Jacquinod, EVS-ISTHME

Hélène Bailleul, Université Rennes 2 – ESO

texte en ligne prochainement

Conclusion : regards croisés et décalés sur la journée

Thierry Menissier, philosophe, Université Grenoble Alpes

texte en ligne prochainement

Arthur Novat, Atelier Pierre Novat

texte en ligne prochainement

 

Programme de l’atelier SAGEO 2014

Les technologies 3D à l’épreuve de l’usage ?
Explorer les multiples contributions des modélisations 3D
géoréférencées à la gestion territoriale

——

Atelier chercheurs-praticiens organisé dans le cadre de la conférence SAGEO 2014
par les actions prospectives « 3D » et « Usages de l’information géographique »
du GdR MAGIS

Grenoble, lundi 24 novembre 2014
Bâtiment Les Alpilles, UPMF, rue des Universités, Saint-Martin-d’Hères

Argumentaire

Programme

Accueil des participants : à partir de 9h

Introduction : 9h30 – 10h

Présentation des Actions Prospectives « 3D » et « Usages » et objectifs de la journée

  • Myriam Servières, Gilles Gesquière, Grégoire Feyt, Matthieu Noucher

Modélisations géoréférencées 3D et usages : définition et enjeux de recherche

  • Florence Jacquinod

Session 1 (10h – 12h30) : L’exploitation et la visualisation des données numériques 3D géoréférencées pour de nouvelles connaissances et ingénieries urbaines et environnementales : domaines et enjeux, verrous et perspectives.

Table ronde animée par Myriam Servières et Gilles Gesquière, avec :

  • Bernard Miège, CEREMA
  • Manuel Plane, Grand Lyon
  • Mickaël Brasebin, COGIT
  • Cécile Haëck, IGN Conseil
  • David Jonglez, ESRI France

Session 2 (14h15 – 16h15) : La représentation des données numériques 3D géoréférencées pour (faire) comprendre et décider ensemble : contextes et pratiques de mise en œuvre, verrous et perspectives.

Table ronde animée par Grégoire Feyt et Matthieu Noucher, avec :

  • Hélène Bailleul, Université Rennes 2 – ESO
  • Hugues Aubin, Ville de Rennes
  • Pascal Billy, Plan Rhône
  • Florence Jacquinod, EVS-ISTHME
  • Geoffrey Cornette, Ville de Genève

Conclusion (16h15 – 17h) : regards croisés et décalés sur la journée

  • Thierry Menissier, philosophe, Université Grenoble Alpes
  • Arthur Novat, Atelier Pierre Novat

Inscription

http://sageo2014.sciencesconf.org/resource/page/id/15

Pièce-jointe

Description complète (PDF) : SAGEO_Atelier_Usages3D_v4

 

 

 

SAGEO’14 : Atelier 3D et Usages

Atelier SAGEO’14
Grenoble, le 24 novembre 2014

Les technologies 3D à l’épreuve de l’usage ?
Explorer les multiples contributions des modélisations 3D géoréférencées à la gestion territoriale.

Les Actions Prospectives « 3D » et « Géomatique et Usages » du GdR MAGIS s’associent pour organiser un atelier commun lors de la prochaine édition de la conférence SAGEO (Grenoble, 24 novembre 2014).

Résumé 

Avec le développement de la production de données 3D géoréférencées, les utilisations de modélisations 3D de territoire augmentent de manière significative et se diversifient. Dans le champ de l’aménagement et de l’urbanisme, le recours à ces technologies amène à s’interroger sur leur influence sur les pratiques des acteurs qui les manipulent, et, plus largement, sur leur(s) rôle(s) dans la fabrique et la gestion de la ville. Ces questionnements sont renforcés par la multiplication des contextes d’utilisation (au sein des organismes d’aménagement mais également lors de réunions de concertation, de visites de terrain ou encore sur le web). A l’heure où les modèles 3D sont de plus en plus utilisés dans des situations collaboratives et dans les échanges entre praticiens et citoyens, mais également au cœur de systèmes complexes d’analyse, de gestion ou d’aide à la décision, il est plus que jamais nécessaire d’analyser leurs apports selon leurs contextes d’utilisation et les objectifs qui leur sont assignés. Aussi, l’objectif de cet atelier est-il d’analyser l’efficacité des données et modèles 3D géoréférencés à travers l’étude de leur mise en œuvre. Les échanges entre praticiens et chercheurs doivent alors permettre de déterminer les différents apports des technologies 3D ainsi que d’identifier les facteurs techniques et méthodologiques qui les caractérisent, en s’appuyant tant sur les études scientifiques que sur les retours d’expérience des différents participants. Il s’agit, au final, d’arriver à une meilleure compréhension des rôles des données et modèles 3D géoréférencés pour la gestion territoriale.

Cadrage et déroulement

Au cours des 10 dernières années, la diffusion de nouvelles méthodes d’acquisition en 3D (scanner 3D, lever dynamique terrestre, drones, etc.) a permis de démultiplier les patrimoines de données géographiques incluant une troisième dimension. Cette troisième dimension fait aujourd’hui référence à des modélisations variées permettant de se situer à l’échelle d’un bâtiment, d’un quartier ou d’une ville, voire de travailler à l’échelle d’une grotte préhistorique, mais aussi à l’échelle de l’ensemble d’une agglomération. Au-delà de l’acquisition, on observe une expansion de la diffusion des données 3D à l’image des portails open data des collectivités territoriales qui diffusent leurs premières dalles en format CityGML. Ainsi, le Grand Lyon diffuse, depuis février, un modèle numérique de terrain et la géométrie des bâtiments 3D texturés par une orthophotographie et des photographies au sol (pour les bâtiments remarquables) au format CityGML et la Communauté Urbaine de Bordeaux a mis en ligne en juin, la maquette texturée et la maquette blanche (plus légère mais sans texture) de l’agglomération au format 3DS.

Cet afflux de données et la polysémie qui se cache derrière l’expression « données 3D » posent de nouveaux challenges au niveau de la recherche qui amènent à ajouter une nouvelle dimension aux Systèmes d’Informations actuels et à inventer de nouveaux algorithmes, que ce soit par exemple pour la saisie, le stockage, la généralisation, la sémantisation, l’utilisation ou même la visualisation des différentes formes de données 3D.

Dans le champ de l’urbanisme et de l’aménagement, des technologies nombreuses sont aujourd’hui mobilisées pour exploiter cette troisième dimension, de différentes manières et dans des contextes multiples, faisant évoluer de manière parfois significative les pratiques des différents acteurs impliqués.  Le recours à des technologies géonumériques 3D par les urbanistes, les aménageurs ou encore les chercheurs, influe sur les modes de production et d’exploitation des données et, plus largement, les modes de penser et de faire la ville. Le développement important de ces applications n’a pourtant pas encore fait l’objet d’une étude systématique et de nombreux usages restent à décrire, afin d’en comprendre l’efficacité et les enjeux. Les questionnements posés par les usages de plus en plus nombreux des technologies numériques 3D géoréférencées ne semblent pas trouver de réponse satisfaisante : les études scientifiques produisent souvent des résultats contradictoires à propos des effets des technologies 3D et nombre de praticiens continuent de s’interroger sur leurs apports aux tâches qui leur incombent ainsi que sur l’opportunité ou sur la manière de les utiliser.

La diversification des situations d’usage de ces technologies vient accroître ces questionnements. En effet, ces technologies sont de plus en plus souvent mobilisées dans des contextes d’échanges avec les citoyens (réunions, visites de terrain ou encore via le web). La Ville de Rennes a, par exemple, proposé aux citoyens une maquette accessible par internet permettant de se promener de manière « immersive » dans un projet de ZAC modélisé en trois dimensions, de consulter des informations relatives au projet et d’échanger interactivement (par un système de chat) avec un médiateur et/ou d’autres « visiteurs » connectés au même moment. La Ville de Montpellier a utilisé une application sur tablette pour proposer à des habitants différentes variantes d’aménagement pour leur quartier, leur permettant de les visualiser in situ (lors de visites de terrain), de donner leurs avis sur ces différentes propositions, voire de proposer des combinaisons alternatives. Ainsi, au-delà de l’exploitation de maquettes numériques 3D dans les lieux traditionnels de production de l’urbanisme, les technologies numériques 3D géoréférencées sont utilisées dans des configurations, des lieux et des circonstances de plus en plus variées, avec des effets qui restent à analyser. A l’heure actuelle, il est difficile d’affirmer ou d’infirmer le potentiel « participatif » de ces dispositifs ou encore leur efficacité cognitive en matière de transmission de connaissances ou de travail collaboratif. L’introduction de ces médias et des modèles, données et images qu’ils diffusent, de même que les comptes-rendus contrastés qui sont faits de leurs utilisations viennent réinterroger avec force les effets prêtés a priori à ces technologies et conduisent à ajouter une dimension quasi « ethnographique »  à l’étude des modélisations et représentations en trois dimensions.

L’entrée par les usages propose d’analyser la diversité des fonctions remplies par la 3D. Florence Jacquinod (Production, pratique et usages des géovisualisations 3d dans l’aménagement du territoire, Thèse de doctorat de l’Université Jean Monnet, St Etienne, 2014) souligne ainsi l’importance d’examiner la variété des fonctions des données géographiques en 3D et de leurs représentations. Ces dernières peuvent potentiellement être utilisées dans les démarches participatives pour convaincre (concertation autour de projet urbain), dans la gestion de crise pour anticiper (simulation d’inondations, propagation de feu, …), dans des jeux vidéo pour naviguer (mises en scène de plateaux de jeux), dans des projets historiques pour reconstituer (restitution de paysages anciens), dans des projets d’aménagement pour évaluer (calcul des surfaces de toits exploitables pour l’implantation de panneaux solaire), etc.  

En établissant un espace de dialogue entre praticiens et chercheurs, l’objectif de l’atelier est d’aller au-delà d’un simple catalogue de retours d’expériences et d’approfondir la réflexion en examinant ce que change, dans l’action, le recours aux technologies numériques 3D géoréférencées, notamment par rapport aux pratiques antérieures et en s’attachant à évaluer ce que ces technologies permettent de faire (ou de ne pas faire) aujourd’hui. Les échanges devront permettre de produire des éléments de connaissance sur leurs apports et limites, et de déterminer des angles d’étude originaux et pertinents pour évaluer leur(s) efficacité(s).

Cette journée permettra de mener une réflexion commune sur les usages des données 3D et s’articulera autour de deux aires de questionnements :

  • Session 1 : L’exploitation et la visualisation des données numériques 3D géoréférencées pour de nouvelles connaissances et ingénieries urbaines et environnementales : domaines et enjeux, verrous et perspectives.
    • Quelle est l’influence des outils 3D qui permettent l’exploitation et la visualisation de données 3D géoréférencées sur la production de connaissance et sur les pratiques dans le champ de l’ingénierie urbaine et environnementale ? Comment les différents dispositifs techniques produits à l’heure actuelle répondent-ils aux besoins des différents acteurs ? Par quels mécanismes ? Quels sont les verrous et perspectives de développement dans ce domaine ?
  • Session 2 : La représentation des données numériques 3D géoréférencées pour (faire) comprendre et décider ensemble : contextes et pratiques de mise en œuvre, verrous et perspectives.
    • Quels sont les apports de la 3D dans l’action et, plus particulièrement dans des contextes collectifs et collaboratifs ? Que permettent-elles aux acteurs de faire ? Comment réagissent les personnes auxquelles elles sont présentées ? Quels sont leurs rôles dans les interactions entre acteurs en situation de réflexion et/ou de prise de décision ?

Elle se terminera par une table ronde permettant de synthétiser et d’approfondir les échanges ayant eu lieu durant les sessions.

Comité d’organisation

  • Florence Jacquinod, Université de Saint-Etienne, EVS-ISTHME UMR CNRS 5600
  • Myriam Servières, Ecole Centrale de Nantes, AP « 3D »
  • Gilles Gesquière, Université Lyon 2, LIRIS UMR CNRS 5205, AP « 3D »
  • Grégoire Feyt, Université de Grenoble, UMR PACTE, AP « Usages de l’information géographique »
  • Matthieu Noucher, CNRS, UMR ADESS, AP « Usages de l’information géographique »

Vous retrouverez prochainement sur ce site la programmation de l’atelier.

Supports de l’atelier SAGEO 2013

Le 23 octobre 2013, l’Action Prospective « Géomatique et Usage » organisait un atelier lors de la conférence SAGEO’13 à Brest, intitulée : « Diffusion et usages des référentiels géographiques : quelles évolutions, quelles interactions ? ».
Le programme et l’argumentaire sont disponibles sur ce carnet de recherche. Une trentaine de personnes étaient présentes. Les supports projetés par les participants sont diffusés ci-dessous.

Grégoire Feyt et Matthieu Noucher : Introduction à l’atelier.

Sylvie Lardon, UMR METAFORT, Quels référentiels pour les procédures d’évaluation environnementales issues du Grenelle de l’Environnement ? Etude de cas à la DREAL Poitou-Charentes.

Vanessa Rousseaux, UNIGE. Au-delà de la somme des référentiels nationaux… comment constituer un référentiel transfrontalier ? Le cas de l’agglomération franco-valdo-genevoise.

Laurent Coudercy, ONEMA. Comment faire évoluer les référentiels ? Le cas de la BD Carthage.

Grégoire Vourc’h, Brest Métropole Océane et Frédéric Léon, Ville de Brest. Données institutionnelles ou OpenStreetMap ? Quels référentiels sur le territoire d’un bassin de vie ? Le cas du pays de Brest.

Thierry Joliveau, UMR EVS. Les points d’intérêt (POI) peuvent-ils être considérés comme un référentiel grand public ?

Conclusion de François Salgé, MEDDE

Co-rédacteur de la note de 2003 du CNIG, François Salgé a présenté sa vision des référentiels géographiques en réagissant « à chaud » aux interventions de l’après-midi. Dix ans après la rédaction du document de doctrine du CNIG, il reconnait ainsi que cette notion doit être revisitée même s’il existe quelques fondamentaux qui doivent être maintenus et même consolidés. François Salgé a insisté notamment sur l’importance de ne pas limiter le référentiel géographique à un fond de plan. Il propose plutôt de l’analyser sous l’angle fonctionnel : quelles sont aujourd’hui les grandes fonctions d’un référentiel ? Au-delà des fonctions d’affichage (représentation partagée) et d’acquisition (socle commun de référencement direct ou indirect), comment aujourd’hui (à l’heure des usages grand public et du développement des communications Machine To Machine) prendre en compte de nouveaux besoins autour notamment de l’analyse spatiale ? Face aux mutations technologiques et aux changements d’usages, réinterroger la notion de « référentiels géographiques » peut alors permettre de révéler aussi des évolutions aussi bien au niveau technique que social ou politique.

Discussion / Perspectives.

Cet atelier a permis de croiser la diversité des points de vue sur la notion de « référentiel géographique » et de mettre en évidence l’intérêt de cet objet pour aborder des questions de fond. 10 ans après la note du CNIG, les enjeux de la définition de la notion de référentiels géographiques semblent en effet s’être déplacés, de l’identification des critères qui permettent à un jeu de données de faire autorité à la compréhension des mécanismes  qui assurent une légitimité auprès d’un public donné. Ces nouveaux critères de légitimité ouvrent alors des pistes de réflexion nombreuses et stimulantes (sur la qualité des données, sur la circulation des flux de données, sur la gouvernance informationnelle…). Ainsi, pour formaliser les discussions, prolonger les réflexions et les enrichir (plusieurs personnes n’ayant pu participer à l’atelier ont manifesté leur intérêt)  une publication collective est en cours de préparation.

Enfin, il est à noter que Françoise de Blomac a publié un article sur cet atelier dans le numéro d’octobre de la revue DECRYPTAGEO (réservé aux abonnés) : http://decryptageo.fr/les-referentiels-en-question/

 

Atelier Sageo 2013 : présentation

A l’occasion de la conférence SAGEO 2013 (Brest), l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » du GdR MAGIS organise un atelier sur le thème : « Référentiels géographiques et usages : quelles interactions, quelles évolutions ?« . L’objectif est d’interroger la note de doctrine sur la notion de référentiels rédigée par le CNIG en 2003 pour discuter de sa pertinence, 10 ans après.

L’atelier se déroulera le lundi 23 septembre 2013 de 14H à 17H30 à l’Institut Universitaire Européen de la Mer à Brest.

Synthèse.

L’argumentaire et programme prévisionnel sont détaillés sur ce site ou disponibles en format PDF : SAGEO_USAGIS (version du 30 août 2013).

Inscription.

Sur le site de la conférence SAGEO : http://sageo2013.sciencesconf.org/

Organisation.

  • Maud Balestrat (INRA – UMR AGIR – Toulouse)
  • Grégoire Feyt (Institut de Géographie alpine – UMR PACTE – Grenoble)
  • Matthieu Noucher (CNRS – UMR ADESS – Bordeaux)

NB : l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » se réunira à l’issue de cet atelier (18H-19H) pour préparer l’organisation d’un séminaire méthodologique en 2014.

Atelier Sageo 2013 : le programme.

A l’occasion de la conférence SAGEO 2013 (Brest), l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » du GdR MAGIS organise un atelier sur le thème : « Référentiels géographiques et usages : quelles interactions, quelles évolutions ?« . L’objectif est d’interroger la note de doctrine sur la notion de référentiels rédigée par le CNIG en 2003 pour discuter de sa pertinence, 10 ans après.

L’atelier se déroulera le lundi 23 septembre 2013 de 14H à 17H30 à l’Institut Universitaire Européen de la Mer à Brest.

L’argumentaire est développé ici et le programme prévisionnel est le suivant :

Introduction à l’atelier.

  • Grégoire Feyt, UMR PACTE. L’Action Prospective « Usage de l’Information Géographique » du GdR MAGIS.
  • Maud Balestrat, UMR AGIR. Les objectifs de l’atelier et la présentation des intervenants.
  • Matthieu Noucher, UMR ADESS. La note du CNIG de 2003 comme point de départ d’un questionnement sur la nécessité de réinterroger la notion de « référentiel ».

Interroger la notion de « référentiels » à partir de contextes d’usages différents

  • Sylvie Lardon, UMR METAFORT, Quels référentiels pour les procédures d’évaluation environnementales issues du Grenelle de l’Environnement ? Etude de cas à la DREAL Poitou-Charentes.
  • Pierre Maurel, UMR TETIS. Les nouveaux territoires (de projet) suscitent-ils de « nouveaux référentiels » ? Le cas du SCOT du Bassin de Thau.
  • Vanessa Rousseaux, UNIGE. Au-delà de la somme des référentiels nationaux… comment constituer un référentiel transfrontalier ? Le cas de l’agglomération franco-valdo-genevoise.
  • Laurent Coudercy, ONEMA. Comment faire évoluer les référentiels ? Le cas de la BD Carthage.
  • Grégoire Vourc’h, Brest Métropole Océane et Frédéric Léon, Ville de Brest. Données institutionnelles ou OpenStreetMap ? Quels référentiels sur le territoire d’un bassin de vie ? Le cas du pays de Brest.
  • Thierry Joliveau, UMR EVS. Les points d’intérêt (POI) peuvent-ils être considérés comme un référentiel grand public ?

Conclusion / Discussion.

  • François Salgé, MEDDE (co-rédacteur de la note de 2003). Dix ans après, le document de doctrine sur la notion de référentiel est-il toujours pertinent ?
  • Débat avec les participants.

Inscription.

Sur le site de la conférence SAGEO : http://sageo2013.sciencesconf.org/

Synthèse.

Argumentaire et programme prévisionnel en format PDF (version mise à jour le 30 août 2013) : SAGEO_USAGIS.

Organisation.

  • Maud Balestrat (INRA – UMR AGIR – Toulouse)
  • Grégoire Feyt (Institut de Géographie alpine – UMR PACTE – Grenoble)
  • Matthieu Noucher (CNRS – UMR ADESS – Bordeaux)

NB : l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » se réunira à l’issue de cet atelier (18H-19H) pour préparer l’organisation d’un séminaire méthodologique en 2014.

Atelier Sageo 2013 : l’argumentaire.

A l’occasion de la conférence SAGEO 2013 (Brest), l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » du GdR MAGIS organise un atelier sur le thème : « Référentiels géographiques et usages : quelles interactions, quelles évolutions ?« . L’objectif est d’interroger la note de doctrine sur la notion de référentiels rédigée par le CNIG en 2003 pour discuter de sa pertinence, 10 ans après.

L’atelier se déroulera le lundi 23 septembre 2013 de 14H à 17H30 à l’Institut Universitaire Européen de la Mer à Brest.

Le programme est développé ici et l’argumentaire est le suivant :

Contexte

Le développement croissant des technologies de l’information géographique et de leur couplage avec les technologies de l’information et de la communication ont produit et vont continuer de susciter une multiplication et une diversification d’usages et d’usagers de l’information géographique. Les perspectives de recherche sont alors nombreuses. En janvier 2013, une Action Prospective (AP) s’est créée au sein du GdR MAGIS en vue de les explorer. Les objectifs de ce groupe sont de tenter de comprendre ce que les usages de l’information géographique nous disent de l’évolution des pratiques sociales et territoriales et inversement en quoi ces mêmes usages sont susceptibles de modifier le statut voire la nature des informations géographiques. Pour ce faire, l’AP « Usages de l’Information Géographique » du GdR MAGIS organise, dans le cadre de la conférence SAGEO (Brest, 23-26 septembre 2013), un atelier qui fait un focus sur un objet d’étude particulier : les référentiels géographiques. Celui-ci se propose plus particulièrement de traiter de la question des interactions entre usages et référentiels à partir d’un double questionnement : Comment analyser à la fois l’évolution des usages par la constitution et la diffusion de référentiels et l’évolution des référentiels par la diversification des usages ?

Problématique

S’il est une notion qui se doit d’être explicite dans son contenu et stable dans le temps, c’est bien celle de référentiel. Dans cet esprit, un groupe de travail du Conseil National de l’Information Géographique avait élaboré un document de doctrine sur la notion de référentiel rendu public en 2003, à une époque où l’information géographique numérique était encore presque exclusivement une affaire d’institutions et de spécialistes de la géomatique.

Le référentiel géographique y est défini comme « un ensemble minimal de données complémentaires et cohérentes permettant de localiser directement ou indirectement les données de tout organisme et de produire les référentiels géographiques métier (…), et de ce fait utile à tous ». A ce dernier s’adjoignent voire se combinent des référentiels métier renvoyant à des communautés thématiques, sectorielles ou professionnelles d’utilisateurs et dont les données sont « souvent produites dans le cadre d’un besoin d’exploitation, de gestion ou d’études dans un souci de réutilisation ultérieure comme référentiel ». Les données dites d’intérêt général (occupation du sol, équipements publics, largeur d’une route…), tout comme les données dites de contexte ou d’habillage (zones boisées, châteaux d’eau…) sont considérées comme des éléments secondaires des référentiels géographiques. De manière plus globale, ces différents référentiels (géographiques, géographiques métier) sont conçus comme des données de référence, couvrant de manière exhaustive le territoire, relevant de la responsabilité d’une structure publique clairement identifiée, et auxquelles « les utilisateurs accordent un niveau de confiance très élevé, lié à la légitimité de l’organisme responsable ».

Dix ans plus tard, si la définition donnée des référentiels métier garde toute sa pertinence, en revanche la nature et le statut du référentiel géographique méritent a minima d’être revisités. En effet, la diffusion des SIG et des technologies de l’information géographique au-delà de leur écosystème originel (principalement la gestion et l’aménagement de l’espace), dans les sphères de la décision territoriale, des services (publics et privés) aux individus, des entreprises, de l’action collective et de l’organisation communautaire… a certes modifié les formes et domaines d’utilisation des données géolocalisables, mais également les référentiels usités (le référentiel étant entendu comme la combinaison des objets géographiques et des standards de représentation permettant de situer et de contextualiser de manière familière ou intuitive les informations originales apportées par ou via la carte).

Alors que leur mobilisation est quasi systématique dans les usages des SIG et des TIG, la question des référentiels, c’est-à-dire de l’environnement cognitif et – le plus souvent – visuel au sein duquel sont positionnés ou proposés les résultats des requêtes et des analyses, est peu interrogée du point de vue de la recherche. Dans sa double fonction de repérage et de support d’interprétation, le référentiel géographique est pourtant au cœur de la vocation transversale des SIG dans la mesure où :

  • il matérialise la continuité horizontale et verticale (scalaire) de l’espace,
  • il propose une interprétation de l’espace satisfaisant à des cultures professionnelles et disciplinaires autant qu’à des attendus fonctionnels diversifiés.

Pendant longtemps la palette des référentiels disponibles consistait pour l’essentiel dans des produits « sur étagère » présentant un caractère à la fois scientifique et institutionnel (BDs de l’IGN, cadastre, BD Carthage, Corine Land Cover…). La multiplication des acteurs et des usages de l’information géographique ainsi que les progrès technologique ont induit simultanément une banalisation, une diversification et une complexification de l’offre et des formes de référentiels géographiques.

La forme de banalisation la plus évidente tient dans la fonction de simple interface de recherche assignée aux fonds cartographique des services web de toute nature. Si la valeur ajoutée géographique peut se limiter in fine à faire apparaître les tarifs d’une pizzeria, le contenu du référentiel géographique proposé et les modalités d’utilisation donnent à voir l’espace d’une manière qui modèle (ou révèle) les représentations mentales des usagers/clients/citoyens, autant sinon plus qu’ont pu le faire en leur temps la Carte de la France accrochée au mur de la classe ou la carte 1/25000 au cours des randonnées familiales.

Conjugués aux effets de la globalisation, les progrès techniques permettent à des acteurs économiques, sociaux, territoriaux, communautaires de toute nature et de toutes origines de produire des référentiels dédiés, autonomes, malléables… rendant très largement caduques les impératifs de légitimité, de responsabilité et de stabilité jadis affirmés par le CNIG.

Dans le même temps, le développement des technologies nomades permettant de créer un lien immédiat, permanent et fonctionnel entre la toile et « moi (ou toi), ici, maintenant » modifie en profondeur ce qu’attend l’usager en matière de caractérisation de l’environnement dans lequel il évolue. Le référentiel géographique statique, générique et égalitaire « historique » se trouve désormais en concurrence avec la possibilité technique et le besoin croissant de produire une forme de référentiel dynamique, personnalisé et égocentré.

Indépendamment des aspects proprement technologiques, la prégnance croissante du fait territorial se traduit dans le souci pour les territoires émergents ou « gagnants » (métropoles, intercommunalités, territoires de projet…) de se doter de référentiels qui tout à la fois les spécifient et leur permettent d’intégrer de nouvelles approches fonctionnelles en fédérant leurs partenaires.

Au-delà de ses dimensions et enjeux opérationnels, la question de la montée en nombre et en usages des référentiels géographiques constitue ainsi un objet de recherche nécessitant de mobiliser et de croiser des approches disciplinaires diverses. Par leur différenciation (complémentarité, concurrence, compétition…), par leur capacité à imposer de manière « soft » voire subliminale les évolutions sémantiques et sémiologiques, techniques et technologiques, fonctionnelles et ergonomiques de l’information géographique, les référentiels géographiques sont un révélateur privilégié à la fois des mutations des usages et symétriquement, de la manière dont l’évolution des usages fait bouger les cadres techniques et cognitifs communs (au sens de banals et de partagés).

C’est pourquoi cet atelier se propose de traiter de la question des interactions entre usages et référentiels à partir d’un double questionnement : Comment analyser à la fois l’évolution des usages par la constitution et la diffusion de référentiels et l’évolution des référentiels par la diversification des usages ?

Pour ce faire, on partira de l’hypothèse que la problématique des référentiels géographiques doit désormais s’appréhender à travers différents points de vue et perspectives :

  • institutionnel (les producteurs « historiques »)
  • professionnel (les métiers de la géomatique mais aussi la « géomatisation » des métiers)
  • scientifique (les disciplines thématiques qui, de plus en plus, recourent à la géomatique)
  • territorial (les outils de connaissance et de représentation de soi mis en place par les « nouveaux » territoires)
  • communautaire (les dispositifs collaboratifs de production et de partage de données géolocalisées)
  • commercial et individuel (les services web gratuits ou payants présentant à des degrés divers un caractère géographique)
  • … ( ?)

Les référentiels produits par ou pour ces différentes familles d’usage procèdent de spécifications que le CNIG avait décrites précisément s’agissant des perspectives institutionnelles et professionnelles. A l’évidence de nouvelles spécifications sont aujourd’hui à l’œuvre, et d’autres peut-être obsolètes dès lors que des référentiels peuvent désormais s’imposer de fait et non parce qu’ils ont ou font autorité. Dans ce contexte, la question n’est alors plus de définir rigoureusement de quoi est fait un référentiel mais de comprendre ce qui fait référentiel (en termes de contenu, de performance, d’ergonomie, de fonctionnalités, de processus de (co-)production, de trajectoire d’appropriation…).

Inscription.

Sur le site de la conférence SAGEO : http://sageo2013.sciencesconf.org/

Synthèse.

Argumentaire et programme prévisionnel en format PDF : SAGEO_USAGIS (version du 30 août 2013).

Organisation.

  • Maud Balestrat (INRA – UMR AGIR – Toulouse)
  • Grégoire Feyt (Institut de Géographie alpine – UMR PACTE – Grenoble)
  • Matthieu Noucher (CNRS – UMR ADESS – Bordeaux)

NB : l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » se réunira à l’issue de cet atelier (18H-19H) pour préparer l’organisation d’un séminaire méthodologique en 2014.