Actes du colloque du CIST

Les actes du 2ème colloque du GIS CIST « Fronts et frontières des sciences du territoire » sont en ligne : http://www.gis-cist.fr/les-resumes-des-communications-au-colloque-cist2014-sont-en-ligne/

La contribution proposée par Grégoire Feyt et Matthieu Noucher suite à l’atelier sur les référentiels géographiques, organisé à Brest en septembre 2013, est disponible à l’adresse suivante : http://www.gis-cist.fr/wp-content/uploads/2014/02/feyt-noucher.pdf

Colloque CIST (27-28/03/2014)

Les territoires sont à la fois une construction sociale et une matérialité observée par différents champs disciplinaires. Cette interdisciplinarité large constitue un front pionnier difficile mais nécessaire. Une autre frontière à dépasser est celle qui, trop souvent, éloigne les chercheurs des acteurs du développement territorial. Les données territoriales constituent un des domaines par lesquels ces confrontations sont rendues fécondes.

Le deuxième colloque du Collège international des sciences du territoire (CIST) se propose de défricher ces nouveaux fronts en invitant à explorer six thématiques prioritaires.

Par ces six thématiques, la n°1 intitulée « données locales, données citoyennes, demande sociale » permettra de prolonger les réflexions de l’atelier de SAGEO’13 (Brest) sur les référentiels géographiques. Grégoire Feyt et Matthieu Noucher présenteront un exposé intitulé : « La  gouvernance  informationnelle,  outil  et  enjeu  stratégiques  des recompositions  territoriales  :  vers  l’émergence  de  nouveaux  référentiels  géographiques ».

En voici le résumé dans la continuité de l’atelier organisé en septembre 2013 à Brest :

Face à des périmètres mouvants et hétérogènes mais enjoints de penser et de conduire des actions concrètes, les nouveaux territoires (intercommunalités, SCOT…) sont confrontés à des besoins de connaissance et de représentation de soi dans des termes assez largement inédits.

Parallèlement les institutions qui avaient jusqu’alors conçu et fourni les données de référence aux échelles supra-locales sont désormais concurrencées ou contournées par des acteurs aux statuts, natures et motivations très diverses (de Google aux communautés locales ou thématiques).

La communication se propose d’interroger le changement de paradigme induit par ces évolutions en s’attachant au point de rencontre et d’équilibre entre représentations du territoire que constituent les référentiels (cartographiques, statistiques…). Objet hybride, les référentiels croisent deux questionnements autant scientifique que politique : celui de l’adéquation entre connaissance et action, celui de la légitimité à dire le territoire.

Programme complet du colloque est en ligne : ici

Supports de l’atelier SAGEO 2013

Le 23 octobre 2013, l’Action Prospective « Géomatique et Usage » organisait un atelier lors de la conférence SAGEO’13 à Brest, intitulée : « Diffusion et usages des référentiels géographiques : quelles évolutions, quelles interactions ? ».
Le programme et l’argumentaire sont disponibles sur ce carnet de recherche. Une trentaine de personnes étaient présentes. Les supports projetés par les participants sont diffusés ci-dessous.

Grégoire Feyt et Matthieu Noucher : Introduction à l’atelier.

Sylvie Lardon, UMR METAFORT, Quels référentiels pour les procédures d’évaluation environnementales issues du Grenelle de l’Environnement ? Etude de cas à la DREAL Poitou-Charentes.

Vanessa Rousseaux, UNIGE. Au-delà de la somme des référentiels nationaux… comment constituer un référentiel transfrontalier ? Le cas de l’agglomération franco-valdo-genevoise.

Laurent Coudercy, ONEMA. Comment faire évoluer les référentiels ? Le cas de la BD Carthage.

Grégoire Vourc’h, Brest Métropole Océane et Frédéric Léon, Ville de Brest. Données institutionnelles ou OpenStreetMap ? Quels référentiels sur le territoire d’un bassin de vie ? Le cas du pays de Brest.

Thierry Joliveau, UMR EVS. Les points d’intérêt (POI) peuvent-ils être considérés comme un référentiel grand public ?

Conclusion de François Salgé, MEDDE

Co-rédacteur de la note de 2003 du CNIG, François Salgé a présenté sa vision des référentiels géographiques en réagissant « à chaud » aux interventions de l’après-midi. Dix ans après la rédaction du document de doctrine du CNIG, il reconnait ainsi que cette notion doit être revisitée même s’il existe quelques fondamentaux qui doivent être maintenus et même consolidés. François Salgé a insisté notamment sur l’importance de ne pas limiter le référentiel géographique à un fond de plan. Il propose plutôt de l’analyser sous l’angle fonctionnel : quelles sont aujourd’hui les grandes fonctions d’un référentiel ? Au-delà des fonctions d’affichage (représentation partagée) et d’acquisition (socle commun de référencement direct ou indirect), comment aujourd’hui (à l’heure des usages grand public et du développement des communications Machine To Machine) prendre en compte de nouveaux besoins autour notamment de l’analyse spatiale ? Face aux mutations technologiques et aux changements d’usages, réinterroger la notion de « référentiels géographiques » peut alors permettre de révéler aussi des évolutions aussi bien au niveau technique que social ou politique.

Discussion / Perspectives.

Cet atelier a permis de croiser la diversité des points de vue sur la notion de « référentiel géographique » et de mettre en évidence l’intérêt de cet objet pour aborder des questions de fond. 10 ans après la note du CNIG, les enjeux de la définition de la notion de référentiels géographiques semblent en effet s’être déplacés, de l’identification des critères qui permettent à un jeu de données de faire autorité à la compréhension des mécanismes  qui assurent une légitimité auprès d’un public donné. Ces nouveaux critères de légitimité ouvrent alors des pistes de réflexion nombreuses et stimulantes (sur la qualité des données, sur la circulation des flux de données, sur la gouvernance informationnelle…). Ainsi, pour formaliser les discussions, prolonger les réflexions et les enrichir (plusieurs personnes n’ayant pu participer à l’atelier ont manifesté leur intérêt)  une publication collective est en cours de préparation.

Enfin, il est à noter que Françoise de Blomac a publié un article sur cet atelier dans le numéro d’octobre de la revue DECRYPTAGEO (réservé aux abonnés) : http://decryptageo.fr/les-referentiels-en-question/