Atelier Sageo 2013 : présentation

A l’occasion de la conférence SAGEO 2013 (Brest), l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » du GdR MAGIS organise un atelier sur le thème : « Référentiels géographiques et usages : quelles interactions, quelles évolutions ?« . L’objectif est d’interroger la note de doctrine sur la notion de référentiels rédigée par le CNIG en 2003 pour discuter de sa pertinence, 10 ans après.

L’atelier se déroulera le lundi 23 septembre 2013 de 14H à 17H30 à l’Institut Universitaire Européen de la Mer à Brest.

Synthèse.

L’argumentaire et programme prévisionnel sont détaillés sur ce site ou disponibles en format PDF : SAGEO_USAGIS (version du 30 août 2013).

Inscription.

Sur le site de la conférence SAGEO : http://sageo2013.sciencesconf.org/

Organisation.

  • Maud Balestrat (INRA – UMR AGIR – Toulouse)
  • Grégoire Feyt (Institut de Géographie alpine – UMR PACTE – Grenoble)
  • Matthieu Noucher (CNRS – UMR ADESS – Bordeaux)

NB : l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » se réunira à l’issue de cet atelier (18H-19H) pour préparer l’organisation d’un séminaire méthodologique en 2014.

Atelier Sageo 2013 : le programme.

A l’occasion de la conférence SAGEO 2013 (Brest), l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » du GdR MAGIS organise un atelier sur le thème : « Référentiels géographiques et usages : quelles interactions, quelles évolutions ?« . L’objectif est d’interroger la note de doctrine sur la notion de référentiels rédigée par le CNIG en 2003 pour discuter de sa pertinence, 10 ans après.

L’atelier se déroulera le lundi 23 septembre 2013 de 14H à 17H30 à l’Institut Universitaire Européen de la Mer à Brest.

L’argumentaire est développé ici et le programme prévisionnel est le suivant :

Introduction à l’atelier.

  • Grégoire Feyt, UMR PACTE. L’Action Prospective « Usage de l’Information Géographique » du GdR MAGIS.
  • Maud Balestrat, UMR AGIR. Les objectifs de l’atelier et la présentation des intervenants.
  • Matthieu Noucher, UMR ADESS. La note du CNIG de 2003 comme point de départ d’un questionnement sur la nécessité de réinterroger la notion de « référentiel ».

Interroger la notion de « référentiels » à partir de contextes d’usages différents

  • Sylvie Lardon, UMR METAFORT, Quels référentiels pour les procédures d’évaluation environnementales issues du Grenelle de l’Environnement ? Etude de cas à la DREAL Poitou-Charentes.
  • Pierre Maurel, UMR TETIS. Les nouveaux territoires (de projet) suscitent-ils de « nouveaux référentiels » ? Le cas du SCOT du Bassin de Thau.
  • Vanessa Rousseaux, UNIGE. Au-delà de la somme des référentiels nationaux… comment constituer un référentiel transfrontalier ? Le cas de l’agglomération franco-valdo-genevoise.
  • Laurent Coudercy, ONEMA. Comment faire évoluer les référentiels ? Le cas de la BD Carthage.
  • Grégoire Vourc’h, Brest Métropole Océane et Frédéric Léon, Ville de Brest. Données institutionnelles ou OpenStreetMap ? Quels référentiels sur le territoire d’un bassin de vie ? Le cas du pays de Brest.
  • Thierry Joliveau, UMR EVS. Les points d’intérêt (POI) peuvent-ils être considérés comme un référentiel grand public ?

Conclusion / Discussion.

  • François Salgé, MEDDE (co-rédacteur de la note de 2003). Dix ans après, le document de doctrine sur la notion de référentiel est-il toujours pertinent ?
  • Débat avec les participants.

Inscription.

Sur le site de la conférence SAGEO : http://sageo2013.sciencesconf.org/

Synthèse.

Argumentaire et programme prévisionnel en format PDF (version mise à jour le 30 août 2013) : SAGEO_USAGIS.

Organisation.

  • Maud Balestrat (INRA – UMR AGIR – Toulouse)
  • Grégoire Feyt (Institut de Géographie alpine – UMR PACTE – Grenoble)
  • Matthieu Noucher (CNRS – UMR ADESS – Bordeaux)

NB : l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » se réunira à l’issue de cet atelier (18H-19H) pour préparer l’organisation d’un séminaire méthodologique en 2014.

Atelier Sageo 2013 : l’argumentaire.

A l’occasion de la conférence SAGEO 2013 (Brest), l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » du GdR MAGIS organise un atelier sur le thème : « Référentiels géographiques et usages : quelles interactions, quelles évolutions ?« . L’objectif est d’interroger la note de doctrine sur la notion de référentiels rédigée par le CNIG en 2003 pour discuter de sa pertinence, 10 ans après.

L’atelier se déroulera le lundi 23 septembre 2013 de 14H à 17H30 à l’Institut Universitaire Européen de la Mer à Brest.

Le programme est développé ici et l’argumentaire est le suivant :

Contexte

Le développement croissant des technologies de l’information géographique et de leur couplage avec les technologies de l’information et de la communication ont produit et vont continuer de susciter une multiplication et une diversification d’usages et d’usagers de l’information géographique. Les perspectives de recherche sont alors nombreuses. En janvier 2013, une Action Prospective (AP) s’est créée au sein du GdR MAGIS en vue de les explorer. Les objectifs de ce groupe sont de tenter de comprendre ce que les usages de l’information géographique nous disent de l’évolution des pratiques sociales et territoriales et inversement en quoi ces mêmes usages sont susceptibles de modifier le statut voire la nature des informations géographiques. Pour ce faire, l’AP « Usages de l’Information Géographique » du GdR MAGIS organise, dans le cadre de la conférence SAGEO (Brest, 23-26 septembre 2013), un atelier qui fait un focus sur un objet d’étude particulier : les référentiels géographiques. Celui-ci se propose plus particulièrement de traiter de la question des interactions entre usages et référentiels à partir d’un double questionnement : Comment analyser à la fois l’évolution des usages par la constitution et la diffusion de référentiels et l’évolution des référentiels par la diversification des usages ?

Problématique

S’il est une notion qui se doit d’être explicite dans son contenu et stable dans le temps, c’est bien celle de référentiel. Dans cet esprit, un groupe de travail du Conseil National de l’Information Géographique avait élaboré un document de doctrine sur la notion de référentiel rendu public en 2003, à une époque où l’information géographique numérique était encore presque exclusivement une affaire d’institutions et de spécialistes de la géomatique.

Le référentiel géographique y est défini comme « un ensemble minimal de données complémentaires et cohérentes permettant de localiser directement ou indirectement les données de tout organisme et de produire les référentiels géographiques métier (…), et de ce fait utile à tous ». A ce dernier s’adjoignent voire se combinent des référentiels métier renvoyant à des communautés thématiques, sectorielles ou professionnelles d’utilisateurs et dont les données sont « souvent produites dans le cadre d’un besoin d’exploitation, de gestion ou d’études dans un souci de réutilisation ultérieure comme référentiel ». Les données dites d’intérêt général (occupation du sol, équipements publics, largeur d’une route…), tout comme les données dites de contexte ou d’habillage (zones boisées, châteaux d’eau…) sont considérées comme des éléments secondaires des référentiels géographiques. De manière plus globale, ces différents référentiels (géographiques, géographiques métier) sont conçus comme des données de référence, couvrant de manière exhaustive le territoire, relevant de la responsabilité d’une structure publique clairement identifiée, et auxquelles « les utilisateurs accordent un niveau de confiance très élevé, lié à la légitimité de l’organisme responsable ».

Dix ans plus tard, si la définition donnée des référentiels métier garde toute sa pertinence, en revanche la nature et le statut du référentiel géographique méritent a minima d’être revisités. En effet, la diffusion des SIG et des technologies de l’information géographique au-delà de leur écosystème originel (principalement la gestion et l’aménagement de l’espace), dans les sphères de la décision territoriale, des services (publics et privés) aux individus, des entreprises, de l’action collective et de l’organisation communautaire… a certes modifié les formes et domaines d’utilisation des données géolocalisables, mais également les référentiels usités (le référentiel étant entendu comme la combinaison des objets géographiques et des standards de représentation permettant de situer et de contextualiser de manière familière ou intuitive les informations originales apportées par ou via la carte).

Alors que leur mobilisation est quasi systématique dans les usages des SIG et des TIG, la question des référentiels, c’est-à-dire de l’environnement cognitif et – le plus souvent – visuel au sein duquel sont positionnés ou proposés les résultats des requêtes et des analyses, est peu interrogée du point de vue de la recherche. Dans sa double fonction de repérage et de support d’interprétation, le référentiel géographique est pourtant au cœur de la vocation transversale des SIG dans la mesure où :

  • il matérialise la continuité horizontale et verticale (scalaire) de l’espace,
  • il propose une interprétation de l’espace satisfaisant à des cultures professionnelles et disciplinaires autant qu’à des attendus fonctionnels diversifiés.

Pendant longtemps la palette des référentiels disponibles consistait pour l’essentiel dans des produits « sur étagère » présentant un caractère à la fois scientifique et institutionnel (BDs de l’IGN, cadastre, BD Carthage, Corine Land Cover…). La multiplication des acteurs et des usages de l’information géographique ainsi que les progrès technologique ont induit simultanément une banalisation, une diversification et une complexification de l’offre et des formes de référentiels géographiques.

La forme de banalisation la plus évidente tient dans la fonction de simple interface de recherche assignée aux fonds cartographique des services web de toute nature. Si la valeur ajoutée géographique peut se limiter in fine à faire apparaître les tarifs d’une pizzeria, le contenu du référentiel géographique proposé et les modalités d’utilisation donnent à voir l’espace d’une manière qui modèle (ou révèle) les représentations mentales des usagers/clients/citoyens, autant sinon plus qu’ont pu le faire en leur temps la Carte de la France accrochée au mur de la classe ou la carte 1/25000 au cours des randonnées familiales.

Conjugués aux effets de la globalisation, les progrès techniques permettent à des acteurs économiques, sociaux, territoriaux, communautaires de toute nature et de toutes origines de produire des référentiels dédiés, autonomes, malléables… rendant très largement caduques les impératifs de légitimité, de responsabilité et de stabilité jadis affirmés par le CNIG.

Dans le même temps, le développement des technologies nomades permettant de créer un lien immédiat, permanent et fonctionnel entre la toile et « moi (ou toi), ici, maintenant » modifie en profondeur ce qu’attend l’usager en matière de caractérisation de l’environnement dans lequel il évolue. Le référentiel géographique statique, générique et égalitaire « historique » se trouve désormais en concurrence avec la possibilité technique et le besoin croissant de produire une forme de référentiel dynamique, personnalisé et égocentré.

Indépendamment des aspects proprement technologiques, la prégnance croissante du fait territorial se traduit dans le souci pour les territoires émergents ou « gagnants » (métropoles, intercommunalités, territoires de projet…) de se doter de référentiels qui tout à la fois les spécifient et leur permettent d’intégrer de nouvelles approches fonctionnelles en fédérant leurs partenaires.

Au-delà de ses dimensions et enjeux opérationnels, la question de la montée en nombre et en usages des référentiels géographiques constitue ainsi un objet de recherche nécessitant de mobiliser et de croiser des approches disciplinaires diverses. Par leur différenciation (complémentarité, concurrence, compétition…), par leur capacité à imposer de manière « soft » voire subliminale les évolutions sémantiques et sémiologiques, techniques et technologiques, fonctionnelles et ergonomiques de l’information géographique, les référentiels géographiques sont un révélateur privilégié à la fois des mutations des usages et symétriquement, de la manière dont l’évolution des usages fait bouger les cadres techniques et cognitifs communs (au sens de banals et de partagés).

C’est pourquoi cet atelier se propose de traiter de la question des interactions entre usages et référentiels à partir d’un double questionnement : Comment analyser à la fois l’évolution des usages par la constitution et la diffusion de référentiels et l’évolution des référentiels par la diversification des usages ?

Pour ce faire, on partira de l’hypothèse que la problématique des référentiels géographiques doit désormais s’appréhender à travers différents points de vue et perspectives :

  • institutionnel (les producteurs « historiques »)
  • professionnel (les métiers de la géomatique mais aussi la « géomatisation » des métiers)
  • scientifique (les disciplines thématiques qui, de plus en plus, recourent à la géomatique)
  • territorial (les outils de connaissance et de représentation de soi mis en place par les « nouveaux » territoires)
  • communautaire (les dispositifs collaboratifs de production et de partage de données géolocalisées)
  • commercial et individuel (les services web gratuits ou payants présentant à des degrés divers un caractère géographique)
  • … ( ?)

Les référentiels produits par ou pour ces différentes familles d’usage procèdent de spécifications que le CNIG avait décrites précisément s’agissant des perspectives institutionnelles et professionnelles. A l’évidence de nouvelles spécifications sont aujourd’hui à l’œuvre, et d’autres peut-être obsolètes dès lors que des référentiels peuvent désormais s’imposer de fait et non parce qu’ils ont ou font autorité. Dans ce contexte, la question n’est alors plus de définir rigoureusement de quoi est fait un référentiel mais de comprendre ce qui fait référentiel (en termes de contenu, de performance, d’ergonomie, de fonctionnalités, de processus de (co-)production, de trajectoire d’appropriation…).

Inscription.

Sur le site de la conférence SAGEO : http://sageo2013.sciencesconf.org/

Synthèse.

Argumentaire et programme prévisionnel en format PDF : SAGEO_USAGIS (version du 30 août 2013).

Organisation.

  • Maud Balestrat (INRA – UMR AGIR – Toulouse)
  • Grégoire Feyt (Institut de Géographie alpine – UMR PACTE – Grenoble)
  • Matthieu Noucher (CNRS – UMR ADESS – Bordeaux)

NB : l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » se réunira à l’issue de cet atelier (18H-19H) pour préparer l’organisation d’un séminaire méthodologique en 2014.

 

 

Liste des participants

Les participants au groupe sont issus, à ce jour, d’une dizaine de laboratoires membres du GdR MAGIS :

  • Maud Balestrat, UMR AGIR (Toulouse)
  • Joël Boulier, UMR Géographie-cités (Paris)
  • Jérémy Bourgoin, Pierre Maurel, Elodie Valette,UMR TETIS (Montpellier)
  • Grégoire Feyt, Université Joseph Fournier, UMR PACTE, (Grenoble)
  • Thierry Joliveau, Université de St Etienne, UMR EVS (Lyon-St Etienne)
  • Pierre Gautreau, Université Paris 1, UMR PRODIG (Paris)
  • Françoise Gourmelon, CNRS, UMR LETG (Brest)
  • Sylvie Lardon, INRA & AgroParisTech, UMR Metafort (Clermont-Ferrand)
  • Matthieu Noucher, CNRS, UMR ADESS (Bordeaux)
  • Marie-Hélène de Sède-Marceau, Université de Franche Comté, UMR ThéMA (Besançon)

Grégoire Feyt et Matthieu Noucher en assurent l’animation.

Une mailing-list a été créée pour faciliter la communication entre les membres du groupe.
La liste est ouverte. Contacter Matthieu Noucher (m.noucher@ades.cnrs.fr).

L’Action Prospective « Géomatique et Usages »

POSITIONNEMENT SCIENTIFIQUE

Contexte :

Le développement croissant des technologies de l’information géographique (TIG) et de leur couplage avec les TIC conduit aujourd’hui à une expansion des usages allant au-delà de l’approche technicienne du début des SIG. L’expansion des TIG est perceptible dans la sphère des praticiens du territoire (diversification des usages techniques des structures institutionnelles), dans celle des entreprises et du grand public (services publics ou commerciaux) ainsi bien que dans celle de l’action citoyenne et de l’organisation communautaire (diffusion de l’information voire production de données d’usage).

Cette évolution interpelle profondément le monde de la géomatique. De fait celui-ci a jusqu’alors presque exclusivement été composé de praticiens et de chercheurs travaillant soit :

  • pour les SIG, à travers la production (de modèle) de données géographiques ;
  • sur les SIG, en élaborant des méthodes d’analyse et de visualisation de ces données ;
  • avec les SIG, en mettant les deux précédents registres au service d’approches thématiques au fil des ans de plus en plus diversifiées mais aussi de plus en plus spécialisées.

Si ces praticiens, utilisateurs ou adeptes de la géomatique peuvent relever de disciplines ou de secteurs d’activité très variés, ils partagent cependant peu ou prou un même corpus théorique et un rapport aux données géographiques sinon identique du moins similaire privilégiant la qualité formelle. Or, depuis une dizaine d’années, trois évolutions sont venues rebattre les cartes :

  • l’intégration de la géolocalisation dans un nombre sans cesse croissant d’objets du quotidien ;
  • la popularisation voire l’instrumentalisation de la figuration et du référencement cartographiques et ce faisant la multiplication de référentiels géographiques relevant de logiques différentes ;
  • l’accroissement à la fois des données produites et des capacités d’accès effectif aux données, aussi bien s’agissant des données « classiques » c’est-à-dire dotées d’une valeur/validité scientifique, institutionnelle ou conventionnelle, que des données « libres », c’est-à-dire soit « libérées » (désormais accessibles) soit produites indépendamment des cadres de validité usuels.

Ces évolutions conjuguées ont produit et vont continuer de susciter une multiplication et une diversification d’usages et d’usagers de l’information géographique. Si la science géomatique continuera d’être mise à contribution, il est d’ores et déjà patent que, dans nombre de domaines et d’applications, la maîtrise d’œuvre relève clairement d’autres disciplines : TIC, sciences cognitives, communication… et demain, physiologie, ingénierie des organisations, logistique…

Verrous scientifiques et technologiques :

S’agissant de la place et de l’usage effectif ou potentiel de l’information géographique, cette évolution impose de considérer deux enjeux voire défis aussi bien sociaux que scientifiques, et valables tant à l’échelle individuelle que collective :

  • faire en sorte que les capacités actuelles et futures de la géomatique puissent contribuer à une meilleure performance, qualité et cohérence des services intégrant la dimension géographique ;
  • être attentif à l’évolution des usages et ce dans deux perspectives complémentaires :
    • d’une part, avoir le souci de veiller au respect des principes politiques, scientifiques et éthiques susceptibles d’être affectés par l’item géographique;
    • d’autre part, analyser ce que les usages de l’information géographique nous disent de l’évolution des pratiques sociales et territoriales et inversement en quoi ces mêmes usages sont susceptibles de modifier le statut voire la nature des informations géographiques.

En proposant une lecture fine et nuancée de ce que les usagers font effectivement avec soit les données géographiques et outils associés (des SIG au GéoWeb en passant par les systèmes d’information territoriaux et les observatoires), soit les dispositifs institutionnels et réseaux géomatiques (des infrastructures de données géographiques aux communautés de pratique), ce groupe projet envisage de réinterroger les usages comme des expériences individuelles et collectives dans lesquelles les utilisateurs sont engagés à titre d’acteurs.

Axes de recherche.

Afin d’appréhender cette problématique dans ses différents registres (techniques, cognitifs, organisationnels, culturels…), plusieurs approches pourront être mises en œuvre et dans la mesure du possible articulées entre elles.

L’approche par la donnée géographique. Cette approche constitue l’entrée privilégiée. Elle permettrait de questionner les usages à partir de l’observation de la circulation et des flux de données géographiques dans une perspective d’analyse longitudinale des usages : conception et utilisation, diffusion et adoption, usage et appropriation.

L’approche par la représentation de l’information géographique constitue une manière complémentaire d’appréhender l’évolution des usages. De fait, même si elle peut reposer sur des modèles conceptuels très élaborés, la donnée géographique a ceci de particulier qu’elle échappe rarement au fait d’être visualisée et visualisable. Ce faisant elle passe du statut de donnée, avec toutes les contraintes et propriétés techniques associées, à celle d’image, avec tout ce que cela implique en termes de représentation, le terme devant alors être concomitamment entendu dans ses différentes acceptions c’est-à-dire celles renvoyant : à la figuration proprement dite (fond, forme, support), à la représentation mentale de l’espace et du sujet figuré propre à chacun des destinataires, à ce ou ceux que ces destinataires sont sensés représenter. Ce dernier aspect donne clairement et volontairement une importance particulière aux enjeux de décision et d’action collectives de quelques niveaux et formes que ce soit. Ainsi, les enjeux liés au développement durable et à l’approche globale et articulée des problèmes sociaux, spatiaux et environnementaux, posent plus que jamais la question de la connaissance territoriale et, partant, des informations permettant de la produire et de la partager.

Approche par les effets induits de la diffusion des outils et de leur usage. Il n’y a pas seulement une multiplicité de producteurs et d’usagers des outils, mais aussi une diversité des traitements et usages de ces outils, selon les acteurs concernés. L’appropriation des outils, l’auto-évaluation de leur usage (avec les détournements ou dérives possibles), et la formalisation des méthodologies « spontanées » générées par les acteurs  sont des questions à approfondir. Nous avons besoin de nouveaux indicateurs et modes de gouvernance (par exemple pour évaluer les profils environnementaux des régions ou mesurer les effets des trames vertes et bleues dans les agglomérations) et de mettre en place des formations-actions directement avec les partenaires acteurs (par exemple pour une auto-évaluation de l’usage des modèles spatiaux dans les problématiques d’aménagement du territoire). Cela renouvelle la question de l’accompagnement des acteurs, dans des dispositifs d’ingénierie territoriale. Ce sont de nouvelles connaissances pour l’action qui sont à élaborer.

Enfin, ces approches pourraient être complétées par la prise en compte des différents contextes sociétaux des usages (professionnels ou non). Selon les degrés de formation de la population, de la pénétration des techniques web et géomatiques, des niveaux de conflictualités et des pratiques de décision autour des données spatiales, pour une même donnée et une même infrastructure de données, les usages peuvent radicalement différer. L’étude des contextes sociétaux permettrait d’ouvrir une perspective comparative à cet axe, en identifiant comment des formes d’usage se répandent ou non au-delà des différences de contextes sociétaux, et comment les différences de contexte suscitent des modes d’usages différents. Dans des domaines particuliers, il serait intéressant d’étudier la capacité de l’IG à fournir une plus-value en termes d’intégration, de décision, de participation et à faire émerger des problématiques inédites et de nouveaux réseaux socio-techniques.

PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT

Fonctionnement sur 4 ans autour des actions suivantes :

1) Des réunions de travail des membres du groupe projet du GDR MAGIS pour définir collégialement des thématiques de séminaires.

2) L’élaboration d’une base de données bibliographiques référençant les publications sur le sujet et la diffusion d’informations évènementielles (colloques…).

3) Veille et capitalisation sur les pratiques significatives en matière d’innovation et d’analyse des usages au niveau national ou international

4) Des séminaires de travail avec deux types d’intervention :

  • Des présentations de recherches sur l’usage de l’information géographique.
  • Des présentations « extérieures » à la communauté géomatique mais travaillant sur les usages.

5) La participation aux Assises du GDR MAGIS pour, à la suite des séminaires (action 4), présenter les enjeux et besoins identifiés et les croiser avec les travaux des actions prospectives.

6) Une publication sur un sujet peu traité dans les revues francophones de géomatique.

7) Un partenariat avec des institutionnels intéressés par le sujet (qui rejoint la problématique de l’évaluation des SIG) et qui peuvent constituer des cas d’étude potentiellement intéressants (par exemple, le réseau des CRIGEs de l’AFIGéO qui fédère les IDS régionales).

8) Organisation de rencontres avec des acteurs territoriaux ou socio-économiques afin d’échanger à la fois sur les ressources scientifiques et techniques disponibles et les besoins effectifs ou latents susceptibles de donner lieu à des projets de recherche ou d’expérimentation partagés (réponse à des appels d’offres régionaux, nationaux ou européens).

PORTEURS

  • Grégoire Feyt, Université Joseph Fournier, UMR PACTE (Grenoble)
  • Matthieu Noucher, CNRS, UMR ADES (Bordeaux)