SAGEO’14 : Atelier 3D et Usages

Atelier SAGEO’14
Grenoble, le 24 novembre 2014

Les technologies 3D à l’épreuve de l’usage ?
Explorer les multiples contributions des modélisations 3D géoréférencées à la gestion territoriale.

Les Actions Prospectives « 3D » et « Géomatique et Usages » du GdR MAGIS s’associent pour organiser un atelier commun lors de la prochaine édition de la conférence SAGEO (Grenoble, 24 novembre 2014).

Résumé 

Avec le développement de la production de données 3D géoréférencées, les utilisations de modélisations 3D de territoire augmentent de manière significative et se diversifient. Dans le champ de l’aménagement et de l’urbanisme, le recours à ces technologies amène à s’interroger sur leur influence sur les pratiques des acteurs qui les manipulent, et, plus largement, sur leur(s) rôle(s) dans la fabrique et la gestion de la ville. Ces questionnements sont renforcés par la multiplication des contextes d’utilisation (au sein des organismes d’aménagement mais également lors de réunions de concertation, de visites de terrain ou encore sur le web). A l’heure où les modèles 3D sont de plus en plus utilisés dans des situations collaboratives et dans les échanges entre praticiens et citoyens, mais également au cœur de systèmes complexes d’analyse, de gestion ou d’aide à la décision, il est plus que jamais nécessaire d’analyser leurs apports selon leurs contextes d’utilisation et les objectifs qui leur sont assignés. Aussi, l’objectif de cet atelier est-il d’analyser l’efficacité des données et modèles 3D géoréférencés à travers l’étude de leur mise en œuvre. Les échanges entre praticiens et chercheurs doivent alors permettre de déterminer les différents apports des technologies 3D ainsi que d’identifier les facteurs techniques et méthodologiques qui les caractérisent, en s’appuyant tant sur les études scientifiques que sur les retours d’expérience des différents participants. Il s’agit, au final, d’arriver à une meilleure compréhension des rôles des données et modèles 3D géoréférencés pour la gestion territoriale.

Cadrage et déroulement

Au cours des 10 dernières années, la diffusion de nouvelles méthodes d’acquisition en 3D (scanner 3D, lever dynamique terrestre, drones, etc.) a permis de démultiplier les patrimoines de données géographiques incluant une troisième dimension. Cette troisième dimension fait aujourd’hui référence à des modélisations variées permettant de se situer à l’échelle d’un bâtiment, d’un quartier ou d’une ville, voire de travailler à l’échelle d’une grotte préhistorique, mais aussi à l’échelle de l’ensemble d’une agglomération. Au-delà de l’acquisition, on observe une expansion de la diffusion des données 3D à l’image des portails open data des collectivités territoriales qui diffusent leurs premières dalles en format CityGML. Ainsi, le Grand Lyon diffuse, depuis février, un modèle numérique de terrain et la géométrie des bâtiments 3D texturés par une orthophotographie et des photographies au sol (pour les bâtiments remarquables) au format CityGML et la Communauté Urbaine de Bordeaux a mis en ligne en juin, la maquette texturée et la maquette blanche (plus légère mais sans texture) de l’agglomération au format 3DS.

Cet afflux de données et la polysémie qui se cache derrière l’expression « données 3D » posent de nouveaux challenges au niveau de la recherche qui amènent à ajouter une nouvelle dimension aux Systèmes d’Informations actuels et à inventer de nouveaux algorithmes, que ce soit par exemple pour la saisie, le stockage, la généralisation, la sémantisation, l’utilisation ou même la visualisation des différentes formes de données 3D.

Dans le champ de l’urbanisme et de l’aménagement, des technologies nombreuses sont aujourd’hui mobilisées pour exploiter cette troisième dimension, de différentes manières et dans des contextes multiples, faisant évoluer de manière parfois significative les pratiques des différents acteurs impliqués.  Le recours à des technologies géonumériques 3D par les urbanistes, les aménageurs ou encore les chercheurs, influe sur les modes de production et d’exploitation des données et, plus largement, les modes de penser et de faire la ville. Le développement important de ces applications n’a pourtant pas encore fait l’objet d’une étude systématique et de nombreux usages restent à décrire, afin d’en comprendre l’efficacité et les enjeux. Les questionnements posés par les usages de plus en plus nombreux des technologies numériques 3D géoréférencées ne semblent pas trouver de réponse satisfaisante : les études scientifiques produisent souvent des résultats contradictoires à propos des effets des technologies 3D et nombre de praticiens continuent de s’interroger sur leurs apports aux tâches qui leur incombent ainsi que sur l’opportunité ou sur la manière de les utiliser.

La diversification des situations d’usage de ces technologies vient accroître ces questionnements. En effet, ces technologies sont de plus en plus souvent mobilisées dans des contextes d’échanges avec les citoyens (réunions, visites de terrain ou encore via le web). La Ville de Rennes a, par exemple, proposé aux citoyens une maquette accessible par internet permettant de se promener de manière « immersive » dans un projet de ZAC modélisé en trois dimensions, de consulter des informations relatives au projet et d’échanger interactivement (par un système de chat) avec un médiateur et/ou d’autres « visiteurs » connectés au même moment. La Ville de Montpellier a utilisé une application sur tablette pour proposer à des habitants différentes variantes d’aménagement pour leur quartier, leur permettant de les visualiser in situ (lors de visites de terrain), de donner leurs avis sur ces différentes propositions, voire de proposer des combinaisons alternatives. Ainsi, au-delà de l’exploitation de maquettes numériques 3D dans les lieux traditionnels de production de l’urbanisme, les technologies numériques 3D géoréférencées sont utilisées dans des configurations, des lieux et des circonstances de plus en plus variées, avec des effets qui restent à analyser. A l’heure actuelle, il est difficile d’affirmer ou d’infirmer le potentiel « participatif » de ces dispositifs ou encore leur efficacité cognitive en matière de transmission de connaissances ou de travail collaboratif. L’introduction de ces médias et des modèles, données et images qu’ils diffusent, de même que les comptes-rendus contrastés qui sont faits de leurs utilisations viennent réinterroger avec force les effets prêtés a priori à ces technologies et conduisent à ajouter une dimension quasi « ethnographique »  à l’étude des modélisations et représentations en trois dimensions.

L’entrée par les usages propose d’analyser la diversité des fonctions remplies par la 3D. Florence Jacquinod (Production, pratique et usages des géovisualisations 3d dans l’aménagement du territoire, Thèse de doctorat de l’Université Jean Monnet, St Etienne, 2014) souligne ainsi l’importance d’examiner la variété des fonctions des données géographiques en 3D et de leurs représentations. Ces dernières peuvent potentiellement être utilisées dans les démarches participatives pour convaincre (concertation autour de projet urbain), dans la gestion de crise pour anticiper (simulation d’inondations, propagation de feu, …), dans des jeux vidéo pour naviguer (mises en scène de plateaux de jeux), dans des projets historiques pour reconstituer (restitution de paysages anciens), dans des projets d’aménagement pour évaluer (calcul des surfaces de toits exploitables pour l’implantation de panneaux solaire), etc.  

En établissant un espace de dialogue entre praticiens et chercheurs, l’objectif de l’atelier est d’aller au-delà d’un simple catalogue de retours d’expériences et d’approfondir la réflexion en examinant ce que change, dans l’action, le recours aux technologies numériques 3D géoréférencées, notamment par rapport aux pratiques antérieures et en s’attachant à évaluer ce que ces technologies permettent de faire (ou de ne pas faire) aujourd’hui. Les échanges devront permettre de produire des éléments de connaissance sur leurs apports et limites, et de déterminer des angles d’étude originaux et pertinents pour évaluer leur(s) efficacité(s).

Cette journée permettra de mener une réflexion commune sur les usages des données 3D et s’articulera autour de deux aires de questionnements :

  • Session 1 : L’exploitation et la visualisation des données numériques 3D géoréférencées pour de nouvelles connaissances et ingénieries urbaines et environnementales : domaines et enjeux, verrous et perspectives.
    • Quelle est l’influence des outils 3D qui permettent l’exploitation et la visualisation de données 3D géoréférencées sur la production de connaissance et sur les pratiques dans le champ de l’ingénierie urbaine et environnementale ? Comment les différents dispositifs techniques produits à l’heure actuelle répondent-ils aux besoins des différents acteurs ? Par quels mécanismes ? Quels sont les verrous et perspectives de développement dans ce domaine ?
  • Session 2 : La représentation des données numériques 3D géoréférencées pour (faire) comprendre et décider ensemble : contextes et pratiques de mise en œuvre, verrous et perspectives.
    • Quels sont les apports de la 3D dans l’action et, plus particulièrement dans des contextes collectifs et collaboratifs ? Que permettent-elles aux acteurs de faire ? Comment réagissent les personnes auxquelles elles sont présentées ? Quels sont leurs rôles dans les interactions entre acteurs en situation de réflexion et/ou de prise de décision ?

Elle se terminera par une table ronde permettant de synthétiser et d’approfondir les échanges ayant eu lieu durant les sessions.

Comité d’organisation

  • Florence Jacquinod, Université de Saint-Etienne, EVS-ISTHME UMR CNRS 5600
  • Myriam Servières, Ecole Centrale de Nantes, AP « 3D »
  • Gilles Gesquière, Université Lyon 2, LIRIS UMR CNRS 5205, AP « 3D »
  • Grégoire Feyt, Université de Grenoble, UMR PACTE, AP « Usages de l’information géographique »
  • Matthieu Noucher, CNRS, UMR ADESS, AP « Usages de l’information géographique »

Vous retrouverez prochainement sur ce site la programmation de l’atelier.

Actes du colloque du CIST

Les actes du 2ème colloque du GIS CIST « Fronts et frontières des sciences du territoire » sont en ligne : http://www.gis-cist.fr/les-resumes-des-communications-au-colloque-cist2014-sont-en-ligne/

La contribution proposée par Grégoire Feyt et Matthieu Noucher suite à l’atelier sur les référentiels géographiques, organisé à Brest en septembre 2013, est disponible à l’adresse suivante : http://www.gis-cist.fr/wp-content/uploads/2014/02/feyt-noucher.pdf

Colloque CIST (27-28/03/2014)

Les territoires sont à la fois une construction sociale et une matérialité observée par différents champs disciplinaires. Cette interdisciplinarité large constitue un front pionnier difficile mais nécessaire. Une autre frontière à dépasser est celle qui, trop souvent, éloigne les chercheurs des acteurs du développement territorial. Les données territoriales constituent un des domaines par lesquels ces confrontations sont rendues fécondes.

Le deuxième colloque du Collège international des sciences du territoire (CIST) se propose de défricher ces nouveaux fronts en invitant à explorer six thématiques prioritaires.

Par ces six thématiques, la n°1 intitulée « données locales, données citoyennes, demande sociale » permettra de prolonger les réflexions de l’atelier de SAGEO’13 (Brest) sur les référentiels géographiques. Grégoire Feyt et Matthieu Noucher présenteront un exposé intitulé : « La  gouvernance  informationnelle,  outil  et  enjeu  stratégiques  des recompositions  territoriales  :  vers  l’émergence  de  nouveaux  référentiels  géographiques ».

En voici le résumé dans la continuité de l’atelier organisé en septembre 2013 à Brest :

Face à des périmètres mouvants et hétérogènes mais enjoints de penser et de conduire des actions concrètes, les nouveaux territoires (intercommunalités, SCOT…) sont confrontés à des besoins de connaissance et de représentation de soi dans des termes assez largement inédits.

Parallèlement les institutions qui avaient jusqu’alors conçu et fourni les données de référence aux échelles supra-locales sont désormais concurrencées ou contournées par des acteurs aux statuts, natures et motivations très diverses (de Google aux communautés locales ou thématiques).

La communication se propose d’interroger le changement de paradigme induit par ces évolutions en s’attachant au point de rencontre et d’équilibre entre représentations du territoire que constituent les référentiels (cartographiques, statistiques…). Objet hybride, les référentiels croisent deux questionnements autant scientifique que politique : celui de l’adéquation entre connaissance et action, celui de la légitimité à dire le territoire.

Programme complet du colloque est en ligne : ici

Workshop VGI (IGN, 28/03/2014)

Volunteered Geographic Information – A Survey of National and Regional Mapping Agencies

The workshop is organised on behalf of the COST Action TD1202 (European Cooperation in the field of Scientific and Technical Research, Action TD1202 Mapping and the Citizen Sensor).   This is an EU funded project that is investigating how the use of Crowd Sourcing (Volunteered Geographic Information, VGI) can aid the production of mapping within the European Union.  More information about this action can be found here: http://www.cost.eu/domains_actions/ict/Actions/TD1202.

The action has a number of objectives, one of which is to access the potential for exploiting VGI by Mapping Agencies.

Date: 28 of March, 2014

Place:  IGN France (French Mapping Agency)-Paris

73 Avenue de Paris, 94160 Saint-Mandé, France

Metro Ligne 1, Station: Saint-Mandé

Goal

The goals of the workshop are to share information between National Mapping Agencies on existing survey specifications; to understand whether any VGI activity is already organised by the agencies; to determine what are considered to be the challenges to the use of VGI and how they may be overcome.  As part of the Action, we have already proposed an online survey to the NMAs on this topic. Thus, the aim of this workshop is to share with you the results of the survey and to move forward on the review.

Thus, the preliminary program is:

  • 9:15 Welcome to participants
  • 9:30 Presentation of the survey results and discussions: Glen Hart (OS)
  • 10:30 Coffee break
  • 10:45 Short presentations of each NMA participant (~10 min) on map production/update processes and VGI. The topics which we are interested to be presented will be send to participants.
  • 12:30 Lunch (at IGN)
  • 13:45 Open discussion
  • 16:00 Coffee break
  • 16:15 Conclusion, future activities
  • 17:00 Closing

Registration fee

Participation to the workshop is free of charge. However, advance registration will be strictly required. Registration will be opened till 15 of March.

To registration please send a e-mail to: Ana-Maria Olteanu Raimond ( ana-maria.raimond@ign.fr).

Organizing Committee

  • Ana-Maria Olteanu Raimond (IGN-France)
  • Guillaume Touya (IGN-France)
  • Glen Hart (Ordnance Survey of Great Britain)
  • Tobias Kennenberger (Swiss Topo)

Supports de l’atelier SAGEO 2013

Le 23 octobre 2013, l’Action Prospective « Géomatique et Usage » organisait un atelier lors de la conférence SAGEO’13 à Brest, intitulée : « Diffusion et usages des référentiels géographiques : quelles évolutions, quelles interactions ? ».
Le programme et l’argumentaire sont disponibles sur ce carnet de recherche. Une trentaine de personnes étaient présentes. Les supports projetés par les participants sont diffusés ci-dessous.

Grégoire Feyt et Matthieu Noucher : Introduction à l’atelier.

Sylvie Lardon, UMR METAFORT, Quels référentiels pour les procédures d’évaluation environnementales issues du Grenelle de l’Environnement ? Etude de cas à la DREAL Poitou-Charentes.

Vanessa Rousseaux, UNIGE. Au-delà de la somme des référentiels nationaux… comment constituer un référentiel transfrontalier ? Le cas de l’agglomération franco-valdo-genevoise.

Laurent Coudercy, ONEMA. Comment faire évoluer les référentiels ? Le cas de la BD Carthage.

Grégoire Vourc’h, Brest Métropole Océane et Frédéric Léon, Ville de Brest. Données institutionnelles ou OpenStreetMap ? Quels référentiels sur le territoire d’un bassin de vie ? Le cas du pays de Brest.

Thierry Joliveau, UMR EVS. Les points d’intérêt (POI) peuvent-ils être considérés comme un référentiel grand public ?

Conclusion de François Salgé, MEDDE

Co-rédacteur de la note de 2003 du CNIG, François Salgé a présenté sa vision des référentiels géographiques en réagissant « à chaud » aux interventions de l’après-midi. Dix ans après la rédaction du document de doctrine du CNIG, il reconnait ainsi que cette notion doit être revisitée même s’il existe quelques fondamentaux qui doivent être maintenus et même consolidés. François Salgé a insisté notamment sur l’importance de ne pas limiter le référentiel géographique à un fond de plan. Il propose plutôt de l’analyser sous l’angle fonctionnel : quelles sont aujourd’hui les grandes fonctions d’un référentiel ? Au-delà des fonctions d’affichage (représentation partagée) et d’acquisition (socle commun de référencement direct ou indirect), comment aujourd’hui (à l’heure des usages grand public et du développement des communications Machine To Machine) prendre en compte de nouveaux besoins autour notamment de l’analyse spatiale ? Face aux mutations technologiques et aux changements d’usages, réinterroger la notion de « référentiels géographiques » peut alors permettre de révéler aussi des évolutions aussi bien au niveau technique que social ou politique.

Discussion / Perspectives.

Cet atelier a permis de croiser la diversité des points de vue sur la notion de « référentiel géographique » et de mettre en évidence l’intérêt de cet objet pour aborder des questions de fond. 10 ans après la note du CNIG, les enjeux de la définition de la notion de référentiels géographiques semblent en effet s’être déplacés, de l’identification des critères qui permettent à un jeu de données de faire autorité à la compréhension des mécanismes  qui assurent une légitimité auprès d’un public donné. Ces nouveaux critères de légitimité ouvrent alors des pistes de réflexion nombreuses et stimulantes (sur la qualité des données, sur la circulation des flux de données, sur la gouvernance informationnelle…). Ainsi, pour formaliser les discussions, prolonger les réflexions et les enrichir (plusieurs personnes n’ayant pu participer à l’atelier ont manifesté leur intérêt)  une publication collective est en cours de préparation.

Enfin, il est à noter que Françoise de Blomac a publié un article sur cet atelier dans le numéro d’octobre de la revue DECRYPTAGEO (réservé aux abonnés) : http://decryptageo.fr/les-referentiels-en-question/

 

Atelier Sageo 2013 : présentation

A l’occasion de la conférence SAGEO 2013 (Brest), l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » du GdR MAGIS organise un atelier sur le thème : « Référentiels géographiques et usages : quelles interactions, quelles évolutions ?« . L’objectif est d’interroger la note de doctrine sur la notion de référentiels rédigée par le CNIG en 2003 pour discuter de sa pertinence, 10 ans après.

L’atelier se déroulera le lundi 23 septembre 2013 de 14H à 17H30 à l’Institut Universitaire Européen de la Mer à Brest.

Synthèse.

L’argumentaire et programme prévisionnel sont détaillés sur ce site ou disponibles en format PDF : SAGEO_USAGIS (version du 30 août 2013).

Inscription.

Sur le site de la conférence SAGEO : http://sageo2013.sciencesconf.org/

Organisation.

  • Maud Balestrat (INRA – UMR AGIR – Toulouse)
  • Grégoire Feyt (Institut de Géographie alpine – UMR PACTE – Grenoble)
  • Matthieu Noucher (CNRS – UMR ADESS – Bordeaux)

NB : l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » se réunira à l’issue de cet atelier (18H-19H) pour préparer l’organisation d’un séminaire méthodologique en 2014.