Atelier Sageo 2013 : le programme.

A l’occasion de la conférence SAGEO 2013 (Brest), l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » du GdR MAGIS organise un atelier sur le thème : « Référentiels géographiques et usages : quelles interactions, quelles évolutions ?« . L’objectif est d’interroger la note de doctrine sur la notion de référentiels rédigée par le CNIG en 2003 pour discuter de sa pertinence, 10 ans après.

L’atelier se déroulera le lundi 23 septembre 2013 de 14H à 17H30 à l’Institut Universitaire Européen de la Mer à Brest.

L’argumentaire est développé ici et le programme prévisionnel est le suivant :

Introduction à l’atelier.

  • Grégoire Feyt, UMR PACTE. L’Action Prospective « Usage de l’Information Géographique » du GdR MAGIS.
  • Maud Balestrat, UMR AGIR. Les objectifs de l’atelier et la présentation des intervenants.
  • Matthieu Noucher, UMR ADESS. La note du CNIG de 2003 comme point de départ d’un questionnement sur la nécessité de réinterroger la notion de « référentiel ».

Interroger la notion de « référentiels » à partir de contextes d’usages différents

  • Sylvie Lardon, UMR METAFORT, Quels référentiels pour les procédures d’évaluation environnementales issues du Grenelle de l’Environnement ? Etude de cas à la DREAL Poitou-Charentes.
  • Pierre Maurel, UMR TETIS. Les nouveaux territoires (de projet) suscitent-ils de « nouveaux référentiels » ? Le cas du SCOT du Bassin de Thau.
  • Vanessa Rousseaux, UNIGE. Au-delà de la somme des référentiels nationaux… comment constituer un référentiel transfrontalier ? Le cas de l’agglomération franco-valdo-genevoise.
  • Laurent Coudercy, ONEMA. Comment faire évoluer les référentiels ? Le cas de la BD Carthage.
  • Grégoire Vourc’h, Brest Métropole Océane et Frédéric Léon, Ville de Brest. Données institutionnelles ou OpenStreetMap ? Quels référentiels sur le territoire d’un bassin de vie ? Le cas du pays de Brest.
  • Thierry Joliveau, UMR EVS. Les points d’intérêt (POI) peuvent-ils être considérés comme un référentiel grand public ?

Conclusion / Discussion.

  • François Salgé, MEDDE (co-rédacteur de la note de 2003). Dix ans après, le document de doctrine sur la notion de référentiel est-il toujours pertinent ?
  • Débat avec les participants.

Inscription.

Sur le site de la conférence SAGEO : http://sageo2013.sciencesconf.org/

Synthèse.

Argumentaire et programme prévisionnel en format PDF (version mise à jour le 30 août 2013) : SAGEO_USAGIS.

Organisation.

  • Maud Balestrat (INRA – UMR AGIR – Toulouse)
  • Grégoire Feyt (Institut de Géographie alpine – UMR PACTE – Grenoble)
  • Matthieu Noucher (CNRS – UMR ADESS – Bordeaux)

NB : l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » se réunira à l’issue de cet atelier (18H-19H) pour préparer l’organisation d’un séminaire méthodologique en 2014.

Atelier Sageo 2013 : l’argumentaire.

A l’occasion de la conférence SAGEO 2013 (Brest), l’Action Prospective « Usages de l’Information Géographique » du GdR MAGIS organise un atelier sur le thème : « Référentiels géographiques et usages : quelles interactions, quelles évolutions ?« . L’objectif est d’interroger la note de doctrine sur la notion de référentiels rédigée par le CNIG en 2003 pour discuter de sa pertinence, 10 ans après.

L’atelier se déroulera le lundi 23 septembre 2013 de 14H à 17H30 à l’Institut Universitaire Européen de la Mer à Brest.

Le programme est développé ici et l’argumentaire est le suivant :

Contexte

Le développement croissant des technologies de l’information géographique et de leur couplage avec les technologies de l’information et de la communication ont produit et vont continuer de susciter une multiplication et une diversification d’usages et d’usagers de l’information géographique. Les perspectives de recherche sont alors nombreuses. En janvier 2013, une Action Prospective (AP) s’est créée au sein du GdR MAGIS en vue de les explorer. Les objectifs de ce groupe sont de tenter de comprendre ce que les usages de l’information géographique nous disent de l’évolution des pratiques sociales et territoriales et inversement en quoi ces mêmes usages sont susceptibles de modifier le statut voire la nature des informations géographiques. Pour ce faire, l’AP « Usages de l’Information Géographique